Patrice Pennont, chanteur: « J’essaye de faire de mon mieux pour aller au plus loin dans la poursuite de mes ambitions »

Auteur, compositeur, interprète mais surtout auto producteur, Patrice Pennont, désormais connu sous le pseudonyme de Braït, est un jeune artiste de 25 ans aux multiples facettes. Actif depuis 2020 et s’apprêtant à dévoiler son nouveau single, « Corne de brume », il a accepté de nous faire part de son processus créatif. 

Même si Patrice commence à chanter dès son plus jeune âge, son intérêt pour l’écriture artistique n’a pas non plus tardé à se faire sentir. Écrivant majoritairement sur son ressenti, il commence à mettre en forme quelques mélodies grâce à des logiciels de création musicale avec lesquels il n’est pas vraiment à l’aise au collège et au lycée puis se met très vite à chanter et moduler sa voix sur son ordinateur. Ayant grandi à Nice avant de retourner vivre en Martinique, son île natale, il essaye de se raccrocher à des sonorités pop/rock qu’il a pu côtoyer et se rend compte du contraste qui existe entre ses goûts musicaux et ceux de ses camarades. Mais il décide d’en faire une force et de continuer à explorer sa musicalité́. Patrice rentre ensuite à l’université de Nice et se nourrit de son parcours artistique et culturel mi-hexagonal, mi-caribéen. Animateur radio, comédien mais surtout chanteur, il n’hésite pas à se servir de cette motivation pour continuer à créer. Un jour, alors qu’il analyse une musique de Christine & The Queens, il se sent inspiré et à nouveau stimulé par l’écriture de chansons et se met à raconter ses histoires personnelles.

Maxime : Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Patrice : J’ai pas mal d’inspirations. J’aime tout ce qui m’est venu de l’aérien lors de mes voyages. Il y a la playlist Air France music on air qui m’a pas mal inspiré comme une invitation au voyage. Après, plus concrètement, j’ai des inspirations plutôt pop comme Marina and the Diamonds (désormais Marina). Sur « Delta », j’ai été pas mal inspiré par Claire Laffut que j’ai rencontrée et avec qui j’ai un peu discuté. 

Maxime : Comment écris-tu tes chansons ? 

Patrice : De manière instinctive. Pour « Delta » par exemple, j’y raconte une histoire personnelle. Je ne me sentais pas très bien vis-à-vis de ce qui se passait dans ma vie à ce moment-là. Un jour, j’allais faire mes courses et en partant, je me suis posé une dizaine de minutes. J’ai pris mon application de notes et j’ai écrit. Cela m’est tout simplement venu.

Maxime : Quel est le cheminement depuis l’écriture de tes morceaux jusqu’à leur publication ? 

Patrice : C’est assez long, car ils n’ont pas tous le même processus. J’ai conçu « Willy », ma première chanson, avec Jonathan Galby, producteur que je ne connaissais pas auparavant. Je lui ai donné ce qui pouvait m’influencer ainsi que la première version que j’avais faite avec un autre compositeur qui était un peu country-pop. Je lui ai clairement dit que cela ne correspondait pas à mes attentes, mais il avait quand même une certaine idée d’une vibe. Je pense avoir passé un mois et demi en studio pour « Willy », mais je n’y allais pas tous les jours car j’étais à l’École du jeu en même temps. Ensuite, il y a eu le mastering de sa part puis la publication de la chanson en une semaine. Je dirais que j’ai mis deux mois maximum pour mon premier single car j’ai par la suite essayé d’en faire la promotion via des plateformes comme Groover. En revanche, tout est allé plus vite avec « Delta ». J’ai pris rendez-vous avec Camille Bertrand, un autre producteur. On s’est entretenus et on a parlé de nos besoins. Avec lui, tout se passe en une journée, on a commencé à 10h00 pour finir à 21h30. J’ai écrit la musique en quelques minutes seulement. À l’origine, la chanson était plus longue, comme j’avais beaucoup de choses à dire, mais a été simplifiée une fois que je suis arrivé en studio. 

Maxime : Comment as-tu réussi à prendre contact et rencontrer Camille Bertrand ? 

Patrice : C’est très compliqué. J’ai eu beaucoup de personnes avec qui je pouvais potentiellement travailler, mais soit elles ne coïncidaient pas avec mon style, soit elles n’avaient pas ce que je cherchais musicalement parlant. J’ai rencontré Camille Bertrand via Shapr, un réseau social professionnel à mi-chemin entre Tinder et LinkedIn, qui met en relation des gens d’un même domaine d’activités et que tu peux swiper ou non. Il avait eu connaissance de mes anciens projets et était inspiré par ce que je faisais. J’aimais beaucoup ce qu’il faisait également. On a donc décidé de travailler ensemble pour un premier essai qui était « Delta » et qui s’est avéré concluant. 

Maxime : Tu évoquais « Delta » comme une mise à nu. N’as-tu pas peur de te livrer autant dans tes musiques ?

Patrice : Non, parce que je considère que je parle de ce que je connais, autrement dit de mes propres expériences. Dans mes chansons, il y a toujours un fond de « va plus loin, malgré les obstacles », « donne le meilleur de toi-même », « continuez à faire du mieux que vous pouvez », cette positivité qui pousse les gens à se surpasser. J’essaye de faire de mon mieux pour aller au plus loin dans la poursuite de mes ambitions. Je veux pousser les gens à aller là où ils veulent, que ce soit professionnellement ou personnellement parlant.  

Maxime : Quand on visionne certains de tes clips, on se dit qu’il faut avoir du courage. Dans celui de « Delta » par exemple, on voit clairement que tu fais affaire avec un homme, ce que beaucoup n’auraient pas osé pas faire. As-tu eu peur du regard des autres et de ce que cela aurait pu engendrer ? 

Patrice : Non, parce que j’ai voulu être vrai et aborder ma vérité pleinement. Ma vérité est que l’histoire de « Delta » était avec un homme. Comment être vrai avec des gens si je ne suis pas vrai avec moi-même ? C’est aussi encourager les gens à être ce qu’ils sont. J’aurais pu être commercial jusqu’au bout et mettre des filles. On m’a d’ailleurs dit qu’il en manquait et que j’aurais dû mettre plus de fesses à l’écran. J’en n’avais clairement pas envie car ce n’était pas le propos. Je voulais surtout que des gens qui me ressemblent puissent s’identifier à moi.

« Delta », une chanson très personnelle aux allures autobiographiques ©YouTube

Maxime : Tu as notamment fait un duo avec un artiste franco-argentin. Comment est née cette rencontre artistique ?

Patrice : Elle est née grâce à un ami collègue qui devait être au début mon manager. Il m’a justement mis en relation avec This is Mayday qui est auteur-compositeur-interprète et également auto-producteur. On a échangé, il a aimé mon univers et j’ai trouvé que le sien était intéressant. On a décidé de se rencontrer et de créer une chanson tous les deux. De là, « Sourire » est né. C’était un thème que je voulais aborder : « le sourire est en toi quand ça ne va pas bien », « puise en toi-même pour aller mieux ». J’espère que cette chanson parle aux gens autant qu’elle me parle. 

Maxime : Tu as beaucoup évoqué ton premier single, « Willy », qui a eu la chance d’être remixé. Comment cela s’est déroulé ? 

Patrice : C’est simple, je voulais un remix de cette chanson. J’ai parlé avec un DJ via une plateforme. Il a aimé le son et m’a dit qu’on pouvait faire du bon travail dessus. J’étais content car c’est un DJ qui a une petite notoriété, il a notamment remixé Josef Salvat. J’avais peur qu’il dénature le morceau, mais je me suis dit que c’était une expérience à saisir et que cela pourrait donner une nouvelle dimension au titre.

Maxime : Et actuellement, en termes de projets, planches-tu sur un EP, des nouveaux morceaux, un album ?

Patrice : J’ai effectivement un projet d’EP qui sortira sous mon nouveau nom d’artiste, Braït. Des nouvelles chansons comme « Corne de brume » vont également sortir. Celle-ci bénéficiera d’un gros clip à mon avis. Cela fait plus de six mois que je suis dessus mais je dois faire face à des contraintes budgétaires importantes qui m’empêchent malheureusement de tourner.

Maxime : En parlant de clips, on peut voir dans les crédits de « Delta » que tu es également passé derrière la caméra. Comment t’est venu ce désir ?

Patrice : J’ai toujours été intéressé par la réalisation, par la narration, par faire voyager les gens et raconter des histoires. Quand j’ai écrit « Delta », j’ai de suite eu des images qui me sont venues. Il y a un aspect contrôle aussi, c’est mon projet et je sais où je veux aller. Le scénario que vous voyez à l’image aujourd’hui, c’est exactement celui que j’avais en tête quand j’ai écrit la chanson. Je l’ai pensé et David Nguyen, le réalisateur, a apporté sa touche et son regard. On ne peut pas nier qu’il a également fait des propositions.

Maxime : La danse joue un rôle important dans tes vidéos. Souhaitais-tu vraiment avoir des chorégraphies et des gens autour de toi qui t’accompagnent ? 

Patrice : Tout ce qui est visible à l’écran correspond à ce que j’ai décidé. On a dû faire face à pas mal de contraintes de temps sur « Ton mieux », qui expliquent que le résultat final est différent comparé à « Delta ». Pour la danse, j’ai fait appel à Reia crew, qui sont des gens que j’ai côtoyés quand j’étais en fac. Avec Cyrille, mon assistant de production, j’ai filmé une amorce de ce que je voulais en termes de mouvements chorégraphiques. À partir de ceux-ci, on a créé la danse de « Delta ». On n’a eu que trois heures de répétitions au lieu des deux jours initialement prévus. Il a fallu s’adapter parce que ce n’était pas forcément la salle qu’on devait avoir. Mais finalement, c’était très bien et je suis satisfait du résultat.

Clip officiel de « Delta » ©YouTube

Maxime : Merci, Patrice, pour cette interview. Ton prochain clip, « Corne de brume », verra le jour en 2023. Où peut-on te retrouver pour suivre tes prochains projets ? 

Patrice : Sur Instagram sous le nom de brait_sight, comme la vision de Braït. Brait_here sur TikTok. Et sinon, toujours Patrice Pennont pour l’instant sur YouTube, Spotify, Apple Music, YouTube Music etc., mais qui seront très prochainement sous le nom de Braït également.

Maxime OUNADJELA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :