Délivrez-nous du mâle

Pour présenter le sexisme contemporain, Patric Jean a choisi d’exposer huit aspects de la pression sociale du genre dans son film La Domination Masculine. Treize ans après la sortie de ce dernier, les signes d’oppression minimes présentés paraissent être désormais des signes de violence psychologique intégrés.

Pour son troisième documentaire, le cinéaste belge Patric Jean continue dans la ligne artistique exploitée dans ses précédentes réalisations. Ce film réalisé en 2009, propose un tour d’horizon de la construction patriarcale de la société en explorant les points de vue d’hommes et de femmes se sentant discriminés par leur genre. Tantôt étudiés de manière légère voire humoristique, les sujets exploités par le réalisateur permettent de comprendre le phallocentrisme de la société avec la phrase suivante « Vous avez dit égalité? ». Dès ses premiers films, le cinéaste démontre un engagement social prononcé ainsi qu’une recherche esthétique.

© Patric Jean – La Domination Masculine, Elzévir Films, Black Moon Production, 2009

Au premier abord, La Domination Masculine semble être une réalisation légère, à la limite du second degré. Un homme se fait rallonger le pénis de quelques centimètres et qui, sans avoir vu le résultat de l’opération, déclare déjà se sentir mieux. Cette première scène symbolise à elle seule l’ensemble du raisonnement des quelques 90 minutes du film : une incision dans les symboles de la masculinité. Si cette séquence peut faire sourire tant le raisonnement du patient est absurde, Patric Jean soulève un réel questionnement concernant la pression sociale envers les hommes. C’est cette remise en question permanente qui sera au cœur de son œuvre; confronter les violences machistes envers les femmes avec celles contre les hommes.

Vous avez dit égalité?

En opposant l’éducation différencié avec la tuerie de l’école Polytechnique survenue en 1989, le documentaire nous pousse à nous positionner sur un terrain sur lequel nous pensons détenir la vérité. La force de Patric Jean est de nous alerter sur le sujet essentiel qu’est le sexisme, tout en flirtant entre premier et second degré. Il est provocant de mettre côte à côte le salon de l’auto et l’assassinat de 14 jeunes ingénieures, mais cette ambiguïté qui pousse à la réflexion.

Au fur et à mesure, le film gagne en gravité. Des déguisements de princesses pour petites filles, on passe aux violences conjugales et sexuelles. Une strip-teaseuse explique qu’elle perçoit son métier comme un moyen de domination envers les hommes, pendant qu’elle les tient en haleine, ils n’ont rien le droit de faire. Selon elle, ce moyen de pression est une revanche de violences sexuelles qu’elle a vécu auparavant. Si ce discours pourrait paraître émancipateur pour certains, il est confronté au témoignage d’une femme victime de violences conjugales. Ce que le réalisateur démontre avec brio dans ce film c’est que la domination, qu’elle soit physique ou psychologique, exercée par un homme ou par une femme, est un rapport de violence.

Alors que les femmes prennent de plus en plus la parole pour dénoncer les agressions sexuelles, les violences conjugales, le sexisme intégré ou encore le harcèlement de rue, La Domination Masculine vient bouleverser ce que le féminisme des vingt dernière années a essayé de construire. En bousculant les stéréotypes, ce film montre que le quotidien d’hommes et de femmes est rempli d’injustices genrées que nous ne voyons même plus et où chacun joue un rôle.

Image d’illustration: © Patric Jean – La Domination Masculine, Elzévir Films, Black Moon Production, 2009

M-M. Remetter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :