Eamonn McCabe et son parcours hors norme

Aujourd’hui décédé, il a été photographe pour musiciens, photographe sportif, photojournaliste et finalement, portraitiste et éditeur photo. McCabe est d’abord employé par des journaux locaux. Il rejoint ensuite The Observer et son nom se fait connaitre dans le monde du sport. Il couvre trois Jeux Olympiques, en 1976, 1980 et 1984, et deux Coupes du monde de football, en 1978 et 1982. Il remporte le prix du photographe sportif de l’année quatre fois. Quelques années plus tard, il devient rédacteur en chef photo pour The Guardian. Cette fois, il remporte six prix. A partir des années 2000, il se tourne vers le portrait. Voici sa vie en 3 images.

©Eamonn McCabe. John Shaw.

En 1976, à l’âge de 30 ans, McCabe commence sa carrière de photographe sportif, pour The Observer. Il en tombe amoureux. Ici, en 1984, à la coupe d’Angleterre, le gardien de but de Bristol City, John Shaw, est pris en photo. Visage serré et concentré, il s’apprête à frapper le ballon avec son pied. La forme du ballon est presque identique à la forme de son crane. Nous pouvons le voir de deux manières : comme le dit le photographe Tom Jenkins : « the bald John Shaw was about to boot his own head », Shaw frappe dans sa propre tête ou bien, Shaw a un ballon à la place de la tête. McCabe prouve qu’il a le sens de l’humour à travers cette photo.

©Eamonn McCabe. Le drame du Heysel.

En 1985 a lieu la finale de la Coupe des clubs champions européens au stade du Heysel, à Bruxelles. Liverpool affronte la Juventus et ces hommes sont venus encourager leur équipe italienne. Nous assistons à un entassement dans la tribune. Les italiens débordent. Ils sont debout. Ils sont beaucoup trop nombreux. Ils se bousculent, ils perdent l’équilibre et ils s’écrasent. Ils font appel à l’aide et se cramponnent de toutes leurs forces pour ne pas tomber. L’homme en bas est passé de l’autre coté du muret. Ses pieds ne touchent plus le sol. Il hurle. Une main s’agrippe au filet. L’autre est soutenue par un homme dans le couloir de séparation. Celui-ci, démuni, se tient au pied du mur qui est sur le point de s’anéantir. Ces visages sont désespérés et effrayés. Des hommes tendent leurs mains et appellent au secours. McCabe devient photographe de presse malgré lui. Il capture un désastre : poussé brutalement par le hooligan britannique, les italiens se retrouvent piégés et repliés vers l’extrémité de la tribune. Tout s’effondre et les supporteurs sont piétinés. Le bilan est de 39 morts. A la suite de cet événement tragique, Eammon McCabe devient photographe d’actualités de l’année pour ses images. Attristé, il tourne la page.

©Eamonn McCabe. John Berger.

En 1988, McCabe est recruté par The Guardian et devient rédacteur en chef photo. En 1999, à Paris, accompagné du journaliste Nicholas Wroe, le photographe londonien rencontre l’écrivain et critique d’art londonien. John Berger se prête au jeu et se laisse prendre en photo. Il est assis sur un fauteuil. Il porte une chemise à carreaux et les manches sont retroussées. Ses doigts sont entrelacés. Ses dents mordent légèrement son pouce. Berger sourit mais il ne fixe pas l’objectif de la caméra. Eammon trouve un moyen de détourner l’attention de Berger et capture ce moment spontané. Celui-ci regarde à sa gauche. Peut-être que quelqu’un lui parle. Il sourit naturellement. Il est à l’aise et confiant et cela se voit sur son visage. Mission réussie pour McCabe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :