Un objet étrange et nouveau en face d’eux

Ces enfants Roms sont pris en photo pour la première fois : leurs visages innocents sont expressifs.

©Patrick Cariou. Ici, en Afghanistan. Son livre « Gypsies », publié en 2011, est une collection de portraits et de paysages. Le photographe Patrick Cariou « retrace dans le sens inverse de la migration la population Rom de l’Ouest vers l’Europe orientale, le Moyen-Orient, et finalement à l’Inde, la maison de leurs ancêtres ».

Ce sont 7 visages entiers et 4 visages coupés. Certains visages sont tournés, d’autres ne regardent que l’objectif. Etonnement, crainte, timidité et indifférence peuvent se lire dessus. Ils se touchent. Ils se tiennent la main. Ils sont une « famille ». Ils sont Roms et représentent la culture Tzigane. La peau bronzée, les cheveux bruns et lisses, les yeux vert-marron et les vêtements de couleur chaude en sont témoins.

Il y a ce visage, au centre, sous lumière. Il est captivant. C’est celui d’une enfant. Elle est la pièce maîtresse de cette photographie. Timide mais rassurée par ces mains posées sur elle, elle sourit légèrement sans montrer ses dents. Sa tête est doucement baissée vers le bas et met en valeur ses joues rebondies et ses yeux clairs percutants. Elle porte une longue robe à motif. Des fleurs rouges et roses, des papillons bleus et oranges et des feuilles vertes sur un fond bleu foncé à poids y sont présents. Son foulard sur la tête reprend presque le même ton de couleur que sa robe. La robe est large, aérienne et légère comme ce foulard qui couvre ses cheveux. Les manches longues laissent seulement apparaître ses 2 mains nues, dont une tient la main d’une petite fille.

Derrière elle se tient un grand garçon. Lui, contrairement à elle, montre ses dents blanches mais ne sourit pas. Il porte une longue tunique traditionnelle grise et ses manches sont retroussées. Son visage, son bras, ses mains et ses doigts sont salit. L’enfant au premier plan l’est aussi. Son T-shirt blanc devient gris de saleté. La poussière blanchit ses joues. Tout le monde le sait, le travail des enfants est toujours d’actualité.

A travers « Gypsies », le photographe Patrick Cariou illustre les différentes conditions dans lesquelles les Tziganes vivent.

photo de couverture : ©Patrick Cariou. Image publiée dans « Gypsies ».

Shamene RAJENDRABOSE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :