Un bébé de l’Après-Guerre

Les paysannes: cette génération qui a dû réapprendre les codes à mesure que le monde évoluait devant leur yeux.

La doyenne Geneviève ©Alexis Vettoretti

Mais qui est cette femme ? Des cheveux gris en bataille, et les rougeurs au visage, elle est mystérieuse et attachante. Son regard aussi profond que l’océan semble vouloir nous emmener dans un autre univers, le sien. Elle porte des vêtements chauds et c’est compréhensible. Elle a peur que le froid la transperce car à cette âge, on tombe vite malade. C’est une battante, elle porte le poids du temps sur ses épaules courbés et elle est soutenue par sa canne en bois.

Derrière elle, dans une cuisine à peine éclairée, on distingue un sol aussi insalubre que le mur. On y voit même de la moisissure. A t-elle un entourage qui prend soin d’elle ? Visiblement, elle n’a pas assez d’énergie pour entretenir sa demeure, ou peut-être que tout comme ma propre grand mère, elle n’arrive plus à distinguer la saleté. Ce qui est sûr, c’est qu’elles ont les même gazinières et les mêmes marmites.

Quel âge a cette maison ? On ne le sait pas. Cette femme elle, est née en 1916, à Paris. Elle s’appelle Geneviève et elle est une enfant d’Après Guerre. Une femme qui a vu défilé les inventions et les changements tels que la télévision, les cartes de crédit ou encore la pilule contraceptive. Cette photo fait partie de la galerie d’Alexis Vettoretti : Les paysannes. Ces femmes qui ont voyagé dans le temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :