Je te veux moi non plus, le film que vous ne voulez pas voir

Une comédie romantique misogyne et sexiste réalisée par une femme. C’est à perdre espoir.

  Dans le contexte actuel où l’on reproche l’absence des femmes dans le milieu de la réalisation filmographique, on aurait pu être agréablement surpris de voir écrit en gros un prénom féminin sur l’affiche du film Je te veux moi non plus. Il n’y a pourtant pas matière à se réjouir. 

   A la suite de l’énorme buzz d’Inès Reg sur les réseaux sociaux en 2019 avec sa phrase culte: “il faut que tu mettes des paillettes dans ma vie Kevin”, de nombreuses opportunités se sont ouvertes à elle. Elle a, à notre grand désarroi, choisi de se diriger vers le monde du cinéma dans un film à visée partiellement biographique. Grosse erreur.

Le personnage principal, Nina (Inès Reg), est insupportable. On sent au bout de quelques minutes de visionnage que l’actrice n’a aucune formation de comédienne. Elle surjoue, crie et gigote dans tous les sens. Il n’y a aucune profondeur que ce soit dans son jeu d’actrice ou dans le rôle qu’elle interprète. En ce qui concerne les autres protagonistes, il n’y en a pas un.e pour rattraper les autres. Ses deux amies, Lulu (Pauline Clément) et Chacal (Laurie Peret) sont des archétypes de la timide bébête et de la grande gueule extravertie. Dylan (Kevin Debonne) lui, est plat et sans caractère. Il nous ferait presque de la peine. 

Bande annonce officielle ©Youtube

   Ce film est imprégné d’une culture patriarcale glaçante. L’histoire dépeint une relation extrêmement toxique entre Nina et Dylan . C’est uniquement lorsque ce dernier se désintéresse d’elle qu’elle finit par lui porter attention. La notion de “male gaze” est extrêmement présente. Elle passe son temps à vivre en fonction de ce qu’il pourrait penser et faire. Sans parler de Chacal dont le surnom veut tout dire. C’est le portrait d’une femme qui ne vit qu’à travers le regard des hommes et qui ne se réalise qu’une fois l’attention masculine obtenue. Ce film réduit la femme à la fois au niveau d’objet sexuel et de prédratrice en quête de sexe. Quand on pense aux enfants et aux adolescents encore en construction qui ont regardé ce tissu de sottises, on perd foi en l’humanité.

   Ce long métrage repose sur une hétéronormativité rébarbative qui tourne autour d’un schéma de love-story vu et revu. Le happy-ending n’est en rien original et se base sur des injonctions patriarcales désespérantes en 2020. Il faut trouver sa moitié, vivre ensemble puis se marier pour être heureux. Il semblerait que c’est la seule façon de s’épanouir. Si au passage on a la possibilité de se moquer et d’humilier les femmes “rivales”, alors c’est encore mieux. Très franchement désolant. 

Un voyage entre amies qui ne tourne pas tant autour de l’amitié ©Amazon prime vidéo

   Pour ajouter à la vulgarité de ce film, comme si tout cela n’était pas assez, les insultes gratuites fusent de tous les côtés. Que ce soit à l’encontre de la “rivale sentimentale” de Nina, ou juste entre les trois amies. Des injures sexistes et misogynes à tout-va comme s’il fallait se dévaloriser entre femmes pour prouver qu’on est drôle.  Certes, la réappropriation de certains termes peut être un réel outil militant mais on sent clairement qu’ici leur utilisation n’est pas faite dans ce but.  Il n’y a aucune trace de sororité, bien au contraire. Les personnages féminins se convertissent en rivales prêtes à tout faire, même perdre leur dignité, pour un regard masculin. Cet humour est simpliste et vulgaire.  

   Alors que les comédies romantiques françaises ne peuvent pas se tarir d’une bonne réputation, ce film ne déroge pas à la règle. Les scènes qui se veulent comiques sont tout simplement gênantes et le message de fond est incroyablement misogyne.  Espérons qu’Inès Reg reste sur les réseaux sociaux ou qu’elle revienne avec une véritable formation cinématographique. 

Neïla Hakmi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :