LOVE HARD : LES MAUVAISES SURPRISES DES SITES DE RENCONTRES

Il était une fois, un prince charmant qui n’était pas si charmant et une princesse qui cherchait l’amour sur Tinder. La recette parfaite pour une bonne soirée à la maison… OU PAS.

Rencontrer quelqu’un pour la première fois n’est jamais facile. Du moins, il ne faut pas être timide pour sauter le pas. Natalie Bauer, jouée par Nina Dobrev (Vampire Diaries), a basé sa carrière de pseudo journaliste en ligne sur ses (mauvais) dates Tinder. Elle rencontre l’homme de ses rêves sur l’application. Il est beau. Il est intelligent. Il comprend son humour. Et surtout il accepte le film Die Hard comme film de Noel. Il est l’homme parfait. Prête à tout pour une vraie histoire d’amour, elle décide de le surprendre pour les vacances de Noel. Une fois arrivée à destination, elle se rend compte que le beau Josh Lin, interprété par l’acteur sino-américain Jimmy O.Yang (Silicon Valley) n’est autre qu’un compte catfish (faux compte créer à partir de photos volées et dont le but est de trompé une personne sur son identité). Elle finit par croiser le propriétaire des photos, Tag interprété par Darren Barnet (Mes premières fois) et décide de le séduire à tout prix. Avec l’aide de Josh. Mais rien ne se passe comme prévu.

Si Darren Barnet est habitué aux rôles du beau-gosse, Nina Dobrev nous offre une performance très différente de celles de Vampire Diaries.

Le film adresse les réalités des sites de rencontres. Il émet une critique des personnes qui les utilisent. Les gens ne se basent que sur le physique pour sortir ensemble. Bien qu’ils ne prétendent s’intéresser aussi (et surtout) à la mentalité de leur potentiel date. Netflix nous invite à nous remettre en question : que cherche-t-on vraiment lors d’un date ? Sommes-nous totalement honnêtes envers l’autre ? Le sommes-nous envers nous-même ? Peut-on reprocher à l’autre de pas être totalement honnête si nous ne le sommes pas nous même ? Jugeons-nous trop rapidement l’autre sur ses erreurs ? Sans faire attention aux nôtres ?

Nathalie qui se dispute avec son (faux) petit-ami et son (faux) beau-frère © Télépro

C’est dans l’ère du temps : beaucoup de jeunes adultes se rencontrent sur des sites de rencontres et beaucoup de jeunes femmes, et de jeunes hommes, sont victimes de catfishing (tromper quelqu’un sur son identité sur internet). Le but du film est de prouver qu’on peut tirer du bon d’une mauvaise situation. Le catfishing n’est pas une fin, mais un début. Grace à cette mauvaise expérience, une amitié se crée qui plus tard sera la base d’une relation solide.

L’histoire du film, comme c’est souvent le cas des comédies romantiques, est prévisible dès les premières minutes. Il n’empêche que le scénario est bien écrit, les performances des acteurs sont très réalistes, les personnages (même secondaires) sont attachants et la morale de l’histoire, bien que moralisatrice, est satisfaisante.

On pourrait reprocher à la production de Netflix de ne pas adresser l’actualité post-Covid : aucun masque, pas de restriction de voyage, pas de confinement, le sujet n’est même pas abordé comme s’il n’avait jamais existé. Ces pistes auraient été intéressantes, bien qu’elles ne fassent pas très « film de Noel ».

Le film semble être une réécriture de La Belle et la Bête. La morale reste inchangée : ne pas juger le physique de l’autre avant de le connaître. Suivez la morale de ce film : ne le jugez pas avant de l’avoir vu.

Noumédia HSAKOU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :