Une nuit comme la Charmeuse de Serpents

Illustrations de Manuel Fior pour Les Variations d Orsay / Futuropolis

L’artiste italien Emmanuel Fior nous fait rêver de devenir une pièce de musée avec sa bande dessinée Les Variations d’Orsay, une œuvre qui rend hommage aux impressionnistes et au légendaire musée de la Gare d’Orsay. Par Elaine Nava.

Les Variations d´Orsay, c’est une Bande Dessiné en collaboration avec Futuropolis qui  rend hommage au Musée D´Orsay comme espace pour la création et l’art, un hommage aussi  pour les impressionnistes. Le récit se place, en 1900, quand Paris accueille l’exposition universelle. Dans ce contexte entre le passé et le présent Manuel Fior,  architecte italien et ancien grand prix du festival d’Angoulême, se balade pour nous livrer cette œuvre.

Illustrations Les Variations dOrsay / Manuel Fior/Futuropolis

Pendant deux ans, le dessinateur italien s’est promené dans ses allées avec ses  tubes de gouaches à la main. Ses déambulations ont inspiré ce travail pas seulement pour la  gare d’Orsay et afin de ses œuvres, mais également pour les personnages et dynamique propre du  musée avec des visiteurs et les gardes de salle.

Illustrations Les Variations DOrsay

Au-delà de la mise en exergue de la présence imposante du Musée et sa  structure colossale, Manuel Fior fait un travail important au niveau de la  représentation de la Collection du Musée D´Orsay avec la reprise de quelques œuvres marquantes de sa collection.  

C’est une véritable plongée dans les toiles marquantes du musée d’Orsay des  plus grands peintres français du 19ᵉ siècle. C’étaient des artistes peintres maudits au 19ᵉ  siècle, ils sont désormais adulés.

Au niveau de La Collection, Manuel Fior, reprends dans son récit plusieurs œuvres que l’auteur fait devenir plusieurs tableaux de véritables personnages du  récit. Le rôle qui lui donne au chef-d’œuvre du Douanier Rousseau La Charmeuse des Serpents sert comme fil conducteur de l’œuvre.

Je suis la gardienne de ce Musée »

Représentation de La Charmeuse des Serpents

Les planches mettent en exergue le style Art Déco de Guimard, un clin d´œil à l’Origine du Monde de Courbet.  La mise en  scène se plait à y intégrer des clins d’œil à des œuvres célèbres de la collection du Musée D´Orsay, des séquences dont on voit l’inspiration pour une jeune femme qui après  inspirera La Source de Dominique Ingres, pareil avec la représentation du tableau La gare Saint-Lazare  de Claude Monet avec les fumées des trains, le portrait de Paul  Gauguin, la version alternative de Olympia de Cézanne  et l’impression au soleil levant de Monet.

Manuel Fior peignant les plaques pour Les Variations d’Orsay.

À propos de l’image, Manuele Fior livre un ouvrage surtout  graphique où l’intrigue joue un rôle secondaire. Et pour cause, dans le travail de ce créateur  italien, le dessin précède l’histoire. Les Variations d’Orsay, c’est un  ouvrage plus proche de la peinture que du dessin classique de Bande Dessiné. 

Des serpents au pied d’une négresse, puis il y a un lac… ou peut-être un fleuve »

Représentation d’Edgar Degas

Concernant les textes, Il s’agit celui-ci, d´un travail qui nous montre comment le  dialogue entre la Bande Dessiné d’aujourd’hui et la peinture d’autrefois peut donner lieu  aux dialogues quel que soit stylistique ou d´autre genre. 

Illustrations Les Variations d Orsay

Par contre, Manuel Fior tire du langage colloquial pour illustrer son propos de  l’interaction du passé avec le présent. Les expressions familiales ou vides, sans beaucoup de sens du français courant, sont utilisés entre les personnages de cet ouvrage. Même si ces expressions  peuvent montrer un côté marrant, je considère qu’ils n’apportent de la  profondeur au récit. 

Malgré  cette utilisation du langage, la mise en récit de ce livre nous mette dans un aller-retour entre le passé et le présent. Les variations auxquelles l’auteur fais référence avec les titres,  sont justement à cet aller-retour entre le Paris créatif du 19ᵉ et le Paris d’aujourd’hui qui  célèbre ces artistes. Fior fais revivre des œuvres phare de la collection du Musée D´Orsay en  respectant le style de chaque peintre. 

Cette œuvre de Fior, incarne l’idée d´un lieu sans lieu. Avec cette histoire, malgré la présence fédératrice du Musée D´Orsay, il le fait devenir un espace pour la rêverie et l’imagination  avec ce pont qu’il a créé entre le passé et le présent.

Par Elaine Nava @meschersinconnus @maraquita1982

Lire aussi: CACHER POUR DÉVOILER: L´ART DE CHRISTO ET JEANNE CLAUDE

PARIS PHOTO : PERSPECTIVE SUR UN DÉJÀ VU

(1 commentaire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :