COP26 : rappeler aux riches qu’ils doivent protéger l’environnement

Le 31 octobre 2021 a débuté la dernière édition de la Conference of the Parties (COP) qui se déroule cette année à Glasgow en Ecosse. Cinq ans après la ratification de l’Accord de Paris, l’heure est au bilan pour les pays signataires.

197 pays et un objectif commun : résorber la crise climatique. Le défi est immense et c’est d’ailleurs la raison de cette mobilisation internationale. Depuis la tenue de son premier volet en 1995, la Conférence des Parties réunit annuellement ses membres. État des lieux environnemental, présentation des récentes études du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) et mise en place de nouveaux objectifs : voici le programme dans les grandes lignes.

« Bienvenue à Londres. / En espérant que vous avez fait bon voyage. » « Le monde compte sur toi COP26 » © Cécile Texier

Cependant, cette année coïncide avec la sortie d’un rapport du GIEC qui évoque un avenir catastrophique. Bien que la sphère politique se félicite régulièrement de ses avancées, nombreux sont les acteurs se battant pour le climat qui estiment que tout cela n’est pas suffisant. C’est le cas de WWF qui indique que les Etats membres du G20 dépensent 3 fois plus dans les énergies fossiles que dans celles renouvelables. En termes de chiffres, ces investissements représentent 77 milliards de dollars US par an.

« Les Etats membres du G20 dépensent 3 fois plus dans les énergies fossiles que dans celles renouvelables. »

Les pays les plus riches sont les plus pollueurs, c’est indéniable. D’ailleurs, en 2009 ces derniers avaient promis de venir en aide aux pays les plus pauvres, soit les plus menacés par le changement climatique. Pour cela, une enveloppe de 100 milliards de dollars par an devait être versée en 2020. Toutefois, cette initiative s’est révélée être un échec. Sa transformation fait alors état d’un “plan de livraison” qui promet de remplir cet engagement en 2023.

« Prenez part à la solution, pas à la pollution » © Callum Shaw, Unsplash

D’un autre côté, l’ONU a révélé que 1% des personnes les plus riches au monde sont à l’origine de plus de deux fois les émissions des 50% les plus pauvres. Ces pourcentages démontrent donc une fois de plus l’intérêt de combattre les inégalités de richesse pour résoudre des problématiques mondiales. 

« 1% des personnes les plus riches au monde sont à l’origine de plus de deux fois les émissions des 50% les plus pauvres. »

En 2015 lors de la COP21 parisienne, les prises de décision avaient été remarquables et remarquées selon le monde politique. A cette occasion, le protocole de Kyoto a été remplacé par l’historique Accord de Paris. Son objectif capital était alors de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990 au sein de l’Union européenne. Le but était ainsi de maintenir le réchauffement climatique en-deçà de +2°C. Aujourd’hui, l’opinion publique semble attendre très peu de la COP26. Les manifestations citoyennes se multiplient dans les rues de Glasgow et crient à la mascarade. Peut-être de quoi donner de quoi réfléchir aux principaux acteurs signataires.

LPJ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :