Covid-19 : une levée des brevets pour plus d’équité ?

Face à la pandémie qui s’est répandue à une vitesse exponentielle dans le monde et à la course aux traitements qui s’en est suivie, de nombreux pays ont été mis sur le banc de touche, faute de moyen. La vaccination de masse semble actuellement être LA solution afin d’enrayer l’épidémie. Mais comment faire lorsque les vaccins ne sont pas accessibles à tous ?

File d’attente à Bombay pour se faire vacciner ©L’express

Bien que la pandémie soit actuellement sous contrôle en France, et plus généralement en Europe, elle fait encore des ravages, notamment dans les pays en voie de développement qui n’ont pas accès à la vaccination. Selon l’Agence France-Presse (AFP), plus de 6 milliards de doses de vaccins ont été injectées dans le monde. Seulement 0,3% de ce total concerne les 29 pays les plus pauvres du monde. Afin de pallier cette pénurie de traitements, certains pays comme l’Inde et l’Afrique du Sud ont demandé une levée des brevets auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). La suspension des brevets pourrait permettre à certains pays de se procurer les vaccins afin d’être produits en masse à des prix abordables. 

Suffit-il de supprimer les brevets pour produire plus ?

Tout cela n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire. Comme l’explique Matthieu Collin, directeur de la propriété intellectuelle chez Inserm, les brevets protègent la propriété intellectuelle d’un produit afin qu’il ne puisse pas être imité. Lorsqu’un médicament est découvert et développé, les géants pharmaceutiques font breveter leur découverte afin d’avoir le monopole sur celui-ci pendant une vingtaine d’années. Les brevets permettent également de protéger et sécuriser le médicament ou vaccin en question, afin de prendre le moins de risques possibles pour les fabricants. Selon le spécialiste, le brevet n’est pas le seul obstacle à la production massive des vaccins :

D’autres questions se posent, comme l’accès à la matière première, la production et le contrôle de la qualité du produit.

Manuel Rosa-Calatrava, directeur de recherche Inserm au Centre international de la recherche en infectiologie, fait le même constat. Selon lui, une levée des brevets serait une réponse trop simpliste, surtout lorsque l’on sait qu’une nouvelle molécule thérapeutique se développe sur des années, pour un coût qui dépasse le milliard d’euros. Travailler sur un système international de licences d’office, afin d’accorder des licences à tous les fabricants de vaccins des pays en développement, serait nettement plus judicieux.

La levée de brevets, une solution qui a déjà fait ses preuves ?

Maurice Cassier, sociologue au Centre de recherche médecine, sciences et santé, nous livre un tout autre point de vue. Selon lui, la suppression des brevets permettrait non seulement de faire

baisser les prix des vaccins, mais également de renforcer les technologies vaccinales à l’échelle mondiale.”

Ces dispositions ont déjà été mises en place, notamment au Brésil, pour la levée des  brevets de l’éfavirenz, un antirétroviral contre le VIH. Pour le sociologue, la levée affecterait que très peu les fabricants de vaccins, notamment Pfizer et Moderna, qui ont su largement s’imposer sur le marché colossal qu’à engendrer la crise sanitaire.

Dans l’espoir de mettre fin à cette pandémie, une réponse à échelle mondiale est nécessaire. Si la question de la levée des brevets reste épineuse, et suscite des controverses, il est cependant capital que les pays les plus nécessiteux aient accès à la vaccination le plus rapidement possible…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :