Covid-19 : Les pays pauvres tirent la sonnette d’alarme

Alors qu’on nous parle d’une troisième dose, les inégalités d’accès au vaccin se creusent. Les pays défavorisés demandent la levée des brevets afin de freiner la pandémie et rattraper leur retard considérable.

« La levée des brevets permettrait non seulement de faire baisser les prix des vaccins, mais également de renforcer les technologies vaccinales à l’échelle mondiale. »

Maurice Cassier, sociologue au Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale et société

Avec l’émergence de nouveaux variants, la crise est loin d’être terminé. Surtout pour les pays en développement comme l’Inde et l’Afrique du Sud qui ont formulé auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la levée des brevets pour vacciner le plus d’habitants possible. Ainsi, les pays pauvres et les pays riches connaitront une avancée des technologies vaccinales sans pour autant affecter les propriétaires des vaccins comme Moderna et Pfitzer. De plus, le prix des vaccins chutera permettant aux plus démunis de recevoir au moins une première dose.

Dans la course aux vaccins, les pays occidentaux l’ont bien compris. Pour que le virus ne revienne plus sur leurs territoires, il faut vacciner toutes les populations à l’échelle mondiale. La suspension des brevets pourrait être une solution pour aider les pays pauvres mais elle n’a jamais été mise en œuvre. Pour suspendre un brevet, il y a plusieurs obstacles.

Souriante, une femme slovaque se fait vacciner contre le coronavirus à Nitra © AFP / Vladimir Simicek

« D’autres questions se posent, comme l’accès à la matière première, la production et le contrôle de la qualité du produit. Les brevets permettent de protéger, d’encourager l’innovation et de sécuriser un retour sur l’investissement consenti, et donc de minimiser les risques pris par les déposants. »

Matthieu Collin, directeur de la propriété intellectuelle chez Inserm Transfert

Matthieu Collin et Manuel Rosa-Calatrava, chercheur en virologie, soulignent l’importance des brevets qui sont synonyme de protection. Ils permettent de faire différents investissements et valorisent la recherche. D’autres problèmes restent à résoudre comme, « les barrières douanières, les limites des chaînes logistiques et de distribution, la disponibilité du matériel de production… » explique Manuel Rosa-Calatrava. Il juge cette solution trop simple pour une crise de cette ampleur et propose un système international de licences.

Dans l’Ouganda en Afrique de l’Est, une femme crie au soutien des pays riches © AFP / Sumi Sadurn

L’opinion public est divisé pourtant la situation est alarmante et tragique. L’enjeu centrale ne doit pas être économique mais social et humain. Les pays pauvres font un appel au soutien. Conscients des inégalités qu’ils subissent, plusieurs pays haussent le ton. Ils réclament l’aide des pays occidentaux afin d’avoir assez de vaccins pour tout le monde.

Soukaïna Ghanimi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :