Dance with the slaves:  un portrait d’un moment de liberté

© Mairie Bordeaux – Photo JM Arnaud https://histoire-image.org/fr

Au-delà des chaînes et de l’oppression, l’un des rares plaisirs réservés aux esclaves était le luxe d’un jour de congé. Ces 24 heures étaient la soupape d’échappement pour revenir à leur condition humaine et exister.

L’image de cet article montre l’un de ces moments. Ce tableau, attribué au peintre Augustin Brunias, représente une scène de jour de repos pour un groupe d’esclaves. Selon le site L’histoire vers l’image https://histoire-image.org/fr , certains maîtres accordaient aux esclaves un jour de repos, qui était généralement le dimanche. 

Le peintre saisit dans cette scène un moment festif de musique et de danse, habituel dans les communautés d’esclaves.  Il s’agit principalement d’un petit groupe d’esclaves, femmes et hommes, présentés dans des couleurs vives et des formes rondes. Le groupe de personnages danse dans une zone ouverte de sol nu et sablonneux devant un paysage richement végétalisé dans une scène de nature et devant un ensemble des corbeilles remplies de fruits et légumes. Le décor se veut celui des Caraïbes, probablement Saint-Vincent ou la Dominique où l’artiste d’origine italienne Agostino Brunias était en grande partie installé. 

Cette scène d’activités de loisirs dans un espace public montre ce groupe d’esclaves avec un air festif mais mystérieux, car aucun des personnages représentés ne fixe notre point de vue devant le tableau. Les six personnages, parfaitement alignés en forme de pyramide, fixent leur regard au loin, ce qui peut être interprété comme un moment d’inspiration résultant de la musique et de la danse. 

La scène comprend les figures de personnes asservies combinant des éléments européens et africains avec des turbans et des bandeaux en combinaison avec des chapeaux, des corsets et des chemises, et toutes les figures sont pieds nus. Leur danse semble être une danse en mouvement, accompagnée par un petit groupe qui bouge avec un tambourin et une guitarre.

Le site L’histoire vers l’image suggère également que le groupe d’esclaves est dans une sorte de transe provoquée par la musique des tambours, des cordes et des chants interprétés par certains des personnages représentés dans le tableau de Brunias. 

Elaine Nava

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :