Quand le salarié est réduit au rang de forçat

Dans un souci de satisfaction de sa clientèle, le géant du e-commerce à développer pour le rapport ‘commande-livraison’, une politique commerciale qui peut se résumer en quelques mots : D’un seul clic aujourd’hui, vous êtes satisfaits au plus tard demain.

Amazon est une entreprise de e-commerce qui existe depuis 1994. Elle est dans le top 5 des entreprises les plus prospères du monde. Toujours plus vite, c’est la devise de l’entreprise. Une promesse que Jeff Bezos, le fondateur de cette immense machine à colis transitant à travers les continents, met tout en œuvre pour tenir ; à tel point que Amazon est à nos jours la plus grande multinationale du monde avec 865 milliards de dollars de capitalisation boursière[1]. L’entreprise est révolutionnaire sur le marché de la distribution de biens et services à travers le WEB et son immense succès a surtout eu pour effet de causer la faillite de nombreuses entreprises concurrentes qui ont été incapables de résister face au tourbillon ‘amazonien’. Avec les avancées technologiques toujours plus impressionnantes, Amazon a de beaux jours devant elle.

Un tel succès ne devrait normalement évoquer à tous, qu’admiration et envie. Et même si c’est le cas dans de nombreuses sphères, l’entreprise est surtout au centre de nombreuses critiques qui visent à dénoncer publiquement l’envers du décor. Comme dirait l’autre, tout ce qui brille, n’est pas or, le modèle Amazon semble bien être une pacotille plus vraie que nature. En effet, entre impunité fiscale, sociale et environnementale comme l’indique le titre de la très sérieuse enquête[2] dont s’inspire cet article, l’entreprise n’use pas que stratégie marketing impeccable pour ce faire un nom. Parmi toutes les graves accusations auxquelles elle fait face, se pose le problème qui me semble le plus important ; à savoir, quel sort Amazon réserve-t-elle réellement à ses salariés ?

A en croire l’enquête citée plus haut, les pratiques salariales sont réellement déplorables. La politique d’embauche d’Amazon consiste à avoir dans les entrepôts, 50% d’intérimaires pour 50% de salariés dans l’effectif. Ceci serait une méthode pour l’entreprise de s’éviter des soulèvements types grèves. En effet, les intérimaires se tiennent à carreaux par peur de perdre leurs emplois. Le choix de la convention collective est fait uniquement pour selon les intérêts de l’entreprise et au détriment des salariés ; notamment en ce qui concerne l’attribution des primes. Exemple d’Amazon France encore selon l’enquête Impunité fiscale, sociale, environnementale Immersion dans le modèle Amazon : A partir de minuit, ces colis sont triés et les livreurs prestataires d’Amazon les embarquent dès 5h30 pour leurs tournées. Grâce au travail jour et nuit 7 jours sur 7 et à une gestion algorithmique des chargements et du parcours des livreurs, Amazon assure des livraisons du jour au lendemain.3 Aujourd’hui, Amazon France Logistique assure directement la livraison de 20 à 30% de ses colis, soit autant que ce qu’elle confie encore à La Poste.

https://static.lexpress.fr/medias_12178/w_923,h_693,c_crop,x_136,y_25/w_640,h_358,c_fill,g_center/v1575111621/des-militants-forment-une-chaine-humaine-devant-l-entrepot-d-amazon-a-montelimar-drome-le-30-novembre-2019_6235304.jpeg
©lexpansion.lexpress.fr/actualité-économique

Les employés sont soumis à des conditions de travail très difficiles comme : des tâches accélérées et harassantes monitorées électroniquement(grâce au PAD) par l’entreprise afin d’évaluer les performances des salariés et ne garder que les « meilleurs » ; faire 15 kilomètres de marche par jour en portant souvent des charges lourdes ; être soumis à une automatisation de l’exécution du travail afin de booster efficacité et vitesse ; parlons également du « feedback » : chaque salarié d’Amazon doit régulièrement rendre compte à sa hiérarchie, de la réalisation de ses tâches et de l’atteinte de ses objectifs. C’est un procédé extrêmement stressant et anxiogène pour les employés.  Les résultats suivent et l’entreprise est florissante ; mais à quel prix pour ces vrais faiseurs de miracles qui agissent dans l’ombre ? Parmi eux, on retrouve des personnes souffrant de troubles musculosquelettiques et de diverses maladies professionnelles.  Les syndromes d’épuisement, les accidents du travail et les licenciements pour inaptitude sont fréquents.

Pour couronner le tout, l’enquête nous parle également de discrimination de genre au sein de la multinationale. Les femmes y occupent les postes les moins qualifiés et les moins rémunérés, vous me direz, ce n’est rien de nouveau par rapport à d’autres entreprises. Mais en plus de ce qui précède, l’entreprise s’est aussi rendue coupable, d’après une récente enquête du magazine américain CNET, d’avoir licencié peu de temps après l’annonce de leur grossesse, sept salariées travaillant dans différents entrepôts à travers les USA.

Le modèle Amazon est peut-être fédérateur de réussite et prospérité pour son fondateur et les différents actionnaires associés à la multinationale. Cependant il reste aussi vrai que la fin ne justifie pas toujours les moyens surtout quand on sait les vrais acteurs de ce gigantesque succès financier sont traités par l’entreprise comme des bêtes de sommes dont elle se sert abondamment et en dispose quand elle considère que « vitesse » et « efficacité » ne sont plus au rendez-vous. On en arrive à se sentir coupable d’être client d’une entreprise où les ressources humaines sont si peu respectées… mais devant l’ordinateur, à un dernier clic d’obtenir enfin ce nouveau sèche-cheveux ou cette nouvelle montre à prix des imbattables, on fini par se trouver des excuses du style : « au moins je maintiens un emploi » ou encore « je participe à l’économie du pays… » et on passe la commande. Dans un monde où Goliath ne fait qu’une seule bouchée de David, il va falloir gagner de nombreuses batailles contre le géant Amazon pour espérer le faire plier un jour afin que les nombreuses politiques abusives que l’entreprise a mis en place soient révisées.  


[1] Impunité fiscale, sociale, environnementale Immersion dans le modèle Amazon. Etude menée pour le public par Attac France, les Amis de la Terre et l’Union syndicale Solidaires. Le 24 novembre 2019.

[2] Impunité fiscale, sociale, environnementale Immersion dans le modèle Amazon. Même étude.

Quand le salarié est réduit au rang de forçat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :