Les avantages et désavantages du distanciel: une étudiante témoigne

Cressida Bandey, étudiante en philosophie à Paris, nous confie un regard d’étudiant sur les études à distance. En quoi cela constitue-il un avantage pour les étudiants? Et en quoi cela rend-il l’apprentissage plus difficile pour eux? Elle tente de répondre à ces questions de son point de vue authentique et personnel.

Cressida Bandey, étudiante en philosophie à Paris ©Cressida Bandey

Culturexchange: Cressida, pouvez-vous nous dire quelles études vous faites et dans quelle université? En quelle année êtes-vous?

Cressida Bandey:  “Je suis actuellement en troisième année de licence de philosophie à l’Institut Catholique de Paris dans le 6ème arrondissement de Paris.”

Culturexchange: Qu’envisagez-vous faire comme profession à la fin de vos études?

Cressida Bandey: “Je souhaite devenir professeur de philosophie. Je ne sais pas encore si je veux enseigner au lycée ou à la fac. Au début, je pensais qu’à l’enseignement supérieur mais je me suis récemment rendu compte de l’importance du rôle de professeur de philo au lycée. En effet, si on tombe sur un mauvais prof de philo au lycée, on n’ouvre plus jamais un livre de philosophie de sa vie, ce qui serait très grave à une époque où la philosophie – comme elle l’a toujours été d’ailleurs – est à la fois essentielle à notre nature humaine et pourtant sous-estimée!« 

Culturexchange: En vue de la situation actuelle, suivez-vous les cours à distance comme dans les autres universités de France?

Cressida Bandey: “Oui, je suis mes cours de TD et d’amphi depuis chez moi sur Zoom ou sur Skype Entreprise. Et ce depuis mars dernier! Bon, nous avons quand-même eu une rentrée suivie d’un mois de cours à l’université avant le second confinement.”

Cressida Bandey, étudiante en philosophie à Paris ©Cressida Bandey

Culturexchange: Comment trouvez-vous l’apprentissage à distance? Les cours sont-ils aussi enrichissants et productifs qu’en présence?

Cressida Bandey: “A vrai dire, je suis très mitigée. D’un côté, je suis quelque peu paresseuse – ce qui n’est pas un si grand défaut! – donc ne pas avoir à sortir de chez moi dès le matin, et suivre les cours qui m’intéressent tant en robe de chambre avec un meilleur thé qu’à la machine à café de la fac! Mais de l’autre, je suis tentée de regarder par la fenêtre derrière l’écran devant moi. Effectivement, sans l’attention et le contact visuel en présence du professeur qui me verrait bien dans la salle rêvasser durant son cours, je suis laissée à mes propres ressources de “self-discipline” comme on dit, et malheureusement j’en ai pas beaucoup!”

Culturexchange: En matière de philosophie, le distanciel et les nouvelles technologies permettent-elles un juste apprentissage?

Cressida Bandey: “Oui, ce n’est pas plus mal car je pense à mes amis qui sont en arts appliqués, par exemple aux Beaux-Arts! Pour nous, élèves en philosophie, ça facilite même les choses parce que nous travaillons à partir de nombreux livres et ça nous permet d’avoir notre bibliothèque à côté de nous. Notre dos respire enfin!”

Culturexchange: Les examens se déroulent-ils aussi à distance? Cela rend-il les épreuves plus ou moins faciles pour vous?

Cressida Bandey: “Oui, la dernière session d’examens de juin s’est déroulée à distance. J’ai trouvé ça beaucoup plus facile car je n’avais pas les 80 pages de cours par matière à apprendre sur le bout des doigts. Voyez-vous c’est pas comme en physique ou en mathématiques, où je vois mes amis apprendre des théorèmes ou méthodes pour ensuite les appliquer à des exercices durant les examens. En philo, chaque ligne du cours est importante car nous suivons un raisonnement intellectuel complexe que l’on doit ensuite entretisser pour répondre à une question de dissertation. En ce qui concerne les partiels de janvier, je ne suis vraiment pas contente car ils nous demandent de passer en présence alors que non seulement on n’y est plus habitué, mais c’est quand-même un risque. Je vais devoir apprendre 80 pages de cours pour chacune de mes 10 matières et ce parce qu’ils nous accusent de triche ce qui est impossible en philosophie! Comment tricher en philo?”

Culturexchange: Trouvez-vous que le fait de ne pas se retrouver quotidiennement à l’université ait affecté la solidarité entre les élèves de votre année?

Cressida Bandey: “Non, je trouve que les élèves se parlent peut-être un peu plus librement à travers des écrans – comme la jeunesse d’aujourd’hui a tendance à faire! Mais, les élèves de droit par exemple qui ont la réputation de ne pas être solidaires, ne vont pas tout à coup le devenir. Ça dépend de l’état de la solidarité de la classe pour commencer.”

Culturexchange: Vos professeur vous ont-ils fait part de leur point de vue ou de leur ressenti sur le fait d’enseigner à distance?

Cressida Bandey: “Ma mère est prof en histoire de l’art donc je sais que c’est très difficile pour eux. Je n’imagine pas le dépaysement que c’est de faire cours à une multitude de petits écrans noirs, sachant que derrière chacun se trouve un élève qu’on n’entend et on ne voit pas. Si ça ne dérange pas quelques profs, beaucoup d’entre eux nous demandent au début de chaque cours d’allumer nos caméras, ne serait-ce qu’une ou deux personnes, mais rares sont les gens qui le font…”

Culturexchange: A votre avis, la charge de travail a-t-elle augmenté pour les étudiants depuis l’inauguration de l’enseignement à distance? A la fois en ce qui concerne le temps nécessaire pour la juste compréhension et assimilation du cours et en matière de travail donné par les professeurs?

Cressida Bandey: “Ah! Je trouve cette question très compréhensive à notre égard! Effectivement, due à la distraction, aux problèmes de connexion ou au fait de ne pas pouvoir poser autant de questions que dans un cours normal, nous nous retrouvons souvent obligés de relire et de comprendre nos cours par nous-mêmes. De plus, beaucoup de professeurs nous ont dit que si on était à la maison, on devait avoir le temps de s’ennuyer et de rattraper les moments perdus dans les transports en faisant du travail en plus “pour ne pas rien faire dans notre lit” ont dit certains! Et voilà que les dissertes nous sont tombées dessus! Mais bon, ça fait aussi des corrections de copies tombées sur les profs!”

Culturexchange: Je vous remercie du temps que vous nous avez accordé afin de répondre à nos questions, mais surtout je vous souhaite bon courage et une très bonne continuation et réussite dans vos études!

Propos recueillis par Entlira Begkai

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :