Un futur dystopique ?

La multinationale américaine appartenant à l’homme le plus riche du monde se place au-dessus des lois. Entre infractions fiscales et exploitations de données de illégale, la société de Jeff Bezos nous donne un aperçu avant l’heure d’un monde où les grandes multinationales sont assez puissantes pour tenir tête aux gouvernements.

Dans une économie mondiale en pleine crise durant cette année exceptionnelle, une entreprise est sortie gagnante. Et qui d’autre que la superpuissance Amazon pouvait prétendre a autant de succès dans une année 2020 grandement impactée par la pandémie causée par la COVID-19. La compagnie de Jeff Bezos a doublé ses revenues en déclarant un chiffre d’affaire de plus de cinq milliards de dollars en cette année, comparé aux deux milliards et demi de l’année précédente. Mais que se cache-t-il derrière le succès de la plateforme Amazon ?

Les plaintes et les révoltes se multiplient chez les employés d’Amazon sous-payés et exploités par la compagnie américaine. Au-delà de ces dérapages, Amazon se glisse dans la vie quotidienne de chacun et s’immisce un peu partout mettant en danger les commerces de proximité et la sécurité des données de ses utilisateurs. On reproche aussi à Amazon d’être au-dessus des lois. Par exemple, selon un rapport de l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (Attac) publié le 24 novembre 2019, Amazon n’a pas eu à payer d’impôts fédéraux aux Etats-Unis sur les cycles des années 2018 et 2019 malgré des chiffres d’affaires record. Et toujours selon le rapport de l’Attac, elle a même eu le droit en 2018 une restitution d’impôts d’un chiffre exacerbant de 129 millions de dollars. On peut donc questionner les relations entre la compagnie et les gouvernements qui la laisse agir comme bien lui semble.

L’Attac est une association française fondée en 1998 qui agit dans le monde entier et qui promeut la défense des citoyens vis-à-vis de l’influence grandissante des puissances économiques sur les politiques, et les aspects sociaux et économiques de notre société globalisée. Face à des multinationales qui ne recherchent que le profit et le pouvoir, l’Attac et sa ligne de conduite encourage les citoyens à prendre action contre ces compagnies qui ne se privent pas de prendre plus en plus de contrôle sur nos sociétés. Au vu de l’incapacité de nos gouvernements à encadrer ces multinationales, il semble aujourd’hui primordial de révéler les actions et les secrets des entreprises telles qu’Amazon. Ce pourquoi le rapport de l’Attac « Impunité fiscale, sociale et environnementale – Immersion dans le modèle Amazon » est très important pour aider les citoyens à comprendre l’impact de ces compagnies sur notre monde.

Le collectif « Amazon Employees for Climate Justice » en manifestation. ©Karen Ducey/Getty Images

Quand on pense à Amazon dorénavant, on ne peut s’empêcher de nouer des liens de ressemblances avec le genre littéraire qui a émergé dans les années 80 qui est le « cyberpunk ». Rapidement, ce genre montrait la possible réalité dystopique d’un monde contrôlé par les multinationales après une inévitable chute des gouvernements dans les années 2050. Et les prémices sur lesquelles se base ce genre est étrangement similaire a ce que nous vivons de nos jours avec Amazon. La destruction de notre environnement, la surexploitation des travailleurs et la surveillance de masse font le succès de ces entreprises dans ce monde dystopique. Un manque de scrupule similaire que l’on retrouve dans la compagnie de Jeff Bezos. La seule motivation étant le profit. Le rapport de l’Attac relaie tout cela, ils rapportent qu’en septembre 2019, le collectif « Amazon Employees for Climate Justice » exigeait via grèves que leur employeur atteigne un quota de zéro émission carbone d’ici 2030. Tout en faisant pression pour qu’Amazon ne dépende plus de lobbyistes et autres politiciens climato-sceptiques. Cependant, la multinationale continue de travailler avec ces mêmes climato-sceptiques et impact toujours notre environnement de manière négative. On retrouve notamment dans le rapport de l’Attac que la filiale Amazon Web Services qui avait été cibler par le collectif « Amazon Employees for Climate Justice » a émis 55,8 millions de tonnes de gaz à effet de serre en 2018. Ce qui est clair, c’est qu’Amazon se moque de notre environnement.

Les liens serrés qu’Amazon a tissé avec les gouvernements se prouve être autant dangereux pour le climat que pour la liberté individuelle. Comme beaucoup d’entreprises telles que Facebook ou encore Google, Amazon a été viser par des plaintes d’exploitation illégales des données de ses usagers. Le rapport de l’Attac relaie la plainte déposée par l’association la Quadrature du Net au nom de 12 000 usagers auprès de la Commission Nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Comme Google et Facebook, la plainte vise l’exploitation illégale des données dans le but d’affiner leur algorithme de publicité personnalisée. Amazon et son algorithme connait les citoyens mieux qu’eux-mêmes, et aussi surveille leurs faits et gestes. Car oui, Amazon développe des logiciels de reconnaissance faciales depuis 2016 et notamment propose ses services à la police américaine. L’Attac rapporte que la société Ring, sous-filiale d’Amazon, travaille avec la police dans 400 villes américaines. Et ce qui est le plus damnant dans la collaboration d’Amazon avec les gouvernements, c’est que Jeff Bezos lui-même assure préparer un projet de loi dans le but d’encadrer l’utilisation des intelligences artificielles de reconnaissance faciale. L’Attac souligne même l’absurdité de cette action, car l’entreprise de Bezos développe en ce moment même le projet Sidewalk, qui est un réseau de surveillance de masse. Il ne serait donc pas étonnant que de plus en plus de gouvernements utilisent l’aide d’Amazon dans le but d’encadrer les populations. Qui sait, à la prochaine manifestation des gilets jaunes, ce sera peut-être Bezos lui-même qui viendra vous passez les menottes à l’image d’Alexandre Benalla.

La mégalopole Amazon dans un coin de la tête de Jeff Bezos. ©Patrick White; Andrew Harrer/Bloomberg/Getty Images

Le rapport de l’Attac soulève énormément de points quant à la toxicité des grandes multinationales sur nos sociétés. Cela nous met en garde contre un futur complètement dystopique si nous laissons ces corporations agirent comme si elles étaient au-dessus des lois. Et dire que tout a commencé comme une plateforme de ventes de livres, maintenant Amazon cherche à lire dans nos pensées.

Erdem Ozgunay.

Photo à la une: ©Gts/Shutterstcok

Source

« Impunité fiscale, sociale, environnementale – Immersion dans le modèle Amazon ». Attac France, Droit au Logement, Les Amis de la Terre, Union syndicale Solidaires. 24 novembre 2019.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :