Confinement: quels effets psychologique?

Pour lutter contre la propagation du coronavirus et faire face à l’épidémie, le gouvernement a imposé un confinement généralisé. Selon le gouvernement, ce confinement était une des mesures les plus efficaces pour stopper le virus et permettre au système de santé de respirer afin de pouvoir gérer les patients.

Cependant, le confinement a eu des conséquences sur l’économie, l’art et surtout la santé mentale des français. En effet, Sylvie Droit-Volet, professeure en psychologie, au laboratoire de psychologie sociale et cognitive (CNRS/Université Clermont-Auvergne) a réalisé une enquête pour étudier les comportements à risque dans le cadre de cette épidémie pendant le premier confinement du mois de mars au mois de mai. Interrogeant deux échantillons d’environ 1000 personnes chacun. Ces personnes étaient réinterrogées pendant le reconfinement au mois de novembre pour voir l’évolution de leurs réponses. En effet, Sylvie Droit-Volet ne voulait pas seulement comprendre pourquoi certaines personnes ne respectaient pas les gestes barrières et le confinement. Mais aussi les facteurs ayant conduit à une explosion des chiffres de la dépression.

Que sait-on de l’impact psychologique de la crise ? | La parole à la science  ©PodcastCNRS

D’après cette enquête, la majorité des personnes ont respecté les consignes sanitaires et directives du gouvernement. Néanmoins, le confinement a eu des impacts négatifs sur leurs vies. Le confinement a chamboulé leur vie quotidienne, leurs habitudes et leur sommeil. Pourtant, dans le premier échantillon, ces conséquences négatives n’ont pas emmené à l’addiction mais plutôt à une petite tendance de consommation plus élevée d’alcool.

Le confinement va-t-il rendre les gens alcooliques ? ©Getty Images

Ce problème de mal être n’a pas conduit à plus de comportements d’addiction, dans notre premier échantillon, on voit une petite tendance de consommation plus élevée d’alcool ! Sylvie Droit-Volet

Les résultats ont également montré qu’il y avait plus d’un français sur quatre touchés par un état dépressif suite au confinement. Le bien-être mental des Français a été altéré dès la première semaine du confinement. Ces troubles dépressifs sont liés au sentiment d’être tendu, au manque de sommeil et à l’absence du contact social.

Il y a donc une réelle explosion des épisodes dépressifs liés au confinement. Sylvie Droit-Volet

Les résultats suggèrent que ces personnes ont connu un ralentissement du temps pendant le confinement. Cette expérience ne s’explique pas par les niveaux de stress ou d’anxiété perçus, bien que ceux-ci soient considérables. Mais plutôt par l’augmentation de l’ennui et de la tristesse ressentis lors du confinement. L’expérience consciente du temps reflète également des difficultés psychologiques vécues pendant cette période d’enfermement. Le manque de liberté confronte les gens directement à leurs sentiments d’impuissance, à leurs peurs et à leurs besoins, ce qui entraîne des troubles psychologiques.

Source : https://lejournal.cnrs.fr/nos-blogs/covid-19-la-parole-a-la-science/que-sait-de-limpact-psychologique-de-la-crise

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: