« Énorme », nouveau film de Sophie Letourneur : Énorme déception

Entre comédie à l’humour lourd, drame et documentaire, la réalisatrice ne fait pas de choix. Elle laisse le spectateur dans un entre-deux incertain et promeut de manière indélicate l’entrave à l’IVG.

Bande annonce officielle du film “Énorme” de Sophie Letourneur / © Memento Films Distribution

Ne vous fiez surtout pas à la bande annonce, elle est mensongère ! Vous vous attendiez à voir une comédie légère afin de vous changer les idées. Énorme surprise : il n’en est rien du tout ! Sophie Letourneur est connu pour réaliser des films sur les périodes de transition. Dans son premier film « La Vie au Ranch », elle suivait une bande de copines qui passait de l’adolescence à l’âge adulte. « Énorme » traite une autre période de transition de la vie humaine, la maternité. Le film nous expose le quotidien d’un couple avant et pendant une grossesse. Il s’agit en réalité d’une fécondation forcée. Lui veut un enfant, elle non. Frédérique, (Jonathan Cohen) échange secrètement la pilule contraceptive de sa compagne par une sucrette afin de la faire tomber enceinte. Claire (Marina Foïs), pour qui un enfant est inconcevable fait un déni de grossesse. Cette grande pianiste passionnée à la carrière internationale est totalement effacée par l’omniprésence de son compagnon. 

Claire (Marina Foïs) enceinte de 8 mois, tentant de répéter avant son concert / © Allocine

Le film interroge le spectateur sur différentes problématiques très intéressantes. Le déni de grossesse, la maternité, les changements du corps de la femme et l’accouchement font partie des sujets importants abordés par le film. Pourtant ces éléments intéressants à analyser au sein d’un long-métrage sont sans-cesse teintés d’un pseudo humour très lourd. Ceci forme un mauvais mélange entre comédie et drame. Car « Énorme » traite un autre sujet important et grave : l’entrave à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Frédérique force sa femme à tomber enceinte et ne lui avoue son acte que tard. Il lui impose une grossesse qu’elle ne désirait pas faisant d’elle un objet. Cependant, le film ne permet pas aux spectateurs de prendre conscience de la gravité du sujet. Cet acte, passible de 30 000€ d’amende et de deux ans d’emprisonnement, paraît minimisé. Le film semble presque vouloir faire de Frédérique un personnage attachant, un jeune papa prenant son rôle trop à coeur. Le film s’achève par une scène de joie autour de l’enfant qui semble d’autant plus légitimer l’acte de Frédérique.

Frédérique (Jonathan Cohen), papa gâteux avant la naissance de l’enfant / © Allocine

Dans son troisième long-métrage, Sophie Letourneur fait le choix de développer une partie documentaire. Durant la dernière demie-heure du film, le spectateur assiste à un véritable reportage. Ce documentaire est extrêmement bien réalisé avec des gynécologues, des médecins et des sages-femmes authentiques. Pourtant, cette partie paraît dissonante face à la fiction initiale. Lors d’une intervention à France Culture, Sophie Letourneur confirme qu’elle a d’abord tourné une partie documentaire et que la fiction est ensuite venue s’insérer dans le vrai. Ce phénomène est visible dans le rendu final du film.

Gênant, absurde et grotesque sont les trois mots qui pourrait résumer « Énorme » de Sophie Letourneur.

Lucy Bigard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: