EMILY IN PARIS : PENSEZ-VOUS VRAIMENT QUE C’EST LA VIE PARISIENNE ?

Géant dans le monde des services de streaming, Netflix est devenu connu grâce à des films et des séries qui sont soit adorés, soit méprisés par les téléspectateurs. La série Emily in Paris, l’une de leurs plus grandes sorties en 2020, peut être placée définitivement dans la catégorie des méprisés. Dans une époque de réflexion sociétale progressiste, Emily in Paris renforce négativement les stéréotypes désuets de Paris et sape la richesse de la ville et des gens qui y vivent.

Bande-annonce officielle ©Netflix Source : YouTube

Centrée autour d’une expatriée américaine vivant à Paris, jouée par l’actrice Lily Collins, la série se présente d’abord comme une version moderne d’un trope vieilli et surdimensionné. Une « girl boss » envoyée dans la ville de l’amour pour apporter une perspective multiculturelle à une maison de marketing française ? Quelle féministe ! Quelle nouveauté !

En plongeant dans le « binge-watching » dont on se sait tous coupables, on se retrouve vite confronté à une intrigue et des personnages unidimensionnels.

Pourquoi pas un béret, une marinière et une baguette ?

Épisode par épisode, Emily in Paris exploite les clichés sur les Français. Les Français n’arrivent pas au travail avant 11h. Les Français fument une clope à la place d’un repas à midi. Les Françaises portent des talons hauts dans les rues. Ces clichés à la limite du ridicule nous mènent à se demander comment, en tournant la série à Paris, l’équipe n’a pas remarqué à quel point la série semble être en décalage avec la réalité.

Paris compte plus de 2 millions d’habitants. Oui, c’est vrai qu’ici on trouve la marque de luxe Louis Vuitton, de nombreuses stars, et la scintillante Tour Eiffel. Mais ce sont ses imperfections qui la rendent belle.

Oui, il est difficile de détourner les yeux de l’architecture haussmannienne. Mais si vous ne surveillez pas vos pieds, vous risquez de marcher dans l’une des nombreuses crottes de chien qui tachent les trottoirs. La surface moyenne d’une chambre de bonne est d’environ 14m2, pas 40m2 comme celle d’Emily. Paris est l’une des capitales de la mode. Mais porter des talons hauts dans les rues vient avec le risque de briser une cheville sur la pavé médiéval parisienne.  

Une chambre de bonne dans la série Emily in Paris vs. une vraie chambre de bonne
Image 1 Source : @oiseaudenight, Twitter Image 2 Source : ©Netflix

Emily in Paris profite d’un public qui ne connaît rien de Paris à part des truismes dépassés. Un jour la ville et ses habitants obtiendront leur justice dans une représentation précise. Une représentation qui montre la coexistence de la saleté et de la grandeur qui fait de Paris la ville qu’elle est vraiment. Pour le moment, il faudra se contenter de la seule représentation que la série a bien faite : le chauvinisme des Parisiens. 

Madelyn C

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: