Chrono drive: le mal-être des employés

Ce concept inventé par le groupe auchan, à connus son essor entre 2012 et 2013 et récemment requinqué par le coronavirus, cache des conditions de travail affreuses: chronométrage et sanctions qui font le mal-être des employés.

Chrono drive à Cergy ©Chrono Drive

Le concept du chrono drive est développé au début des années 2000, il connait son essor lors de deux années consécutives 2012 et 2013. Aujourd’hui on trouve cinq-mille drives aux abords grands axes routiers, aux entrées des villes, dans les grandes banlieues, et en campagne. Avec chrono drive ou Auchan drive, les courses sont faites à la place du client, pour qu’il n »est pas à se déplacer ni faire la queue. Le client fait ses courses en ligne et les récupère dans un des drives in, protocole ou idée majeur est: « livrée en cinq minutes », ce qui représente pour les clients une méthode efficace et rapide. et en cette période du COVID-19 qui nous tiens confinés, tout est à distanciel, c’est donc un point positif en plus. La pandémie à relancé ce qui concept qui lors du premier confinement a atteint une progression de 70%. Dès le départ le concept était vendeur et se voulait innovant et plein d’opportunités.

« J’avais été voir sur des forums qui notaient des entreprises et ça paraissait vraiment comme l’entreprise idéale avec des perspectives d’évolutions sur le fait que l’entreprise est jeune. Et que donc que si vous venez on vous fait grandir avec l’entreprise. »

Mais cet employé qui a postulé cinq fois pour ce post avant de l’obtenir, s’est rendu compte que les valeurs et possibilités que miroitait le groupe Auchan ont vite changés de direction.

«Quand on rentre là-dedans on n’a pas l’impression d’être dans une entreprise parce qu’on arrive, on tutoie les responsables, même le directeur magasin. Plus on va dans les années plus le côté humain diminue, on est vraiment que des machines, on est vraiment des chiffres. Et voila au bout d’un moment si une machine elle est plus performantes, on essai de s’en débarrasser par tous les moyens, et a chrono drives c’est ce qu’ils font» – Employé anonyme chez chrono drive

Pour les employés c’est un travail rébarbatif, chronométré, pénalisé, qui met en compétition; c’est l’esclavage moderne. Nombre de packs de bouteilles d’eau, de bières et autres produit lourds sont portés et déplacés, l’été la chaleur se fait sentir dans les entrepôts et la fatigue s’installe vite quand on doit prendre en charge ces produits lourds. Les journées sont au rush, les employés parcours les rayons avec leurs TP: montres munies d’un chrono ainsi que d’un scan pour les produits. « C’est un travail à la chaine, rébarbatif, c’est toujours les mêmes chemins ». Quand tous les produit d’une commande sont scannés, le chrono s’arrête, une moyenne du temps effectué pour chaque courses est faite pour ensuite évalué la productivité de l’employé.

Montre avec scan et chronomètre que portent les employés ©Campuslille

Lorsqu’un client passe commande, un sonnerie stridente se déclenche dans l’ensemble du complexe pour qu’un préparateur prenne la commande. Quand un commande n’a toujours pas été prise en charge par un préparateur, il y a une deuxième sonnerie. Si trois minutes s’écoulent et la commande n’a toujours pas été prise en charge, un claxonne retentie et un responsable vient pour déléguer la commande. Le son de la cavalerie se met en place lorsque plus de trois commandes sont faites et qu’elles sont non traitées. La sonnerie que tout le monde veut éviter et celle du sous-marin, à ce moment là, tous les responsables sortent et demande aux employés d’arrêter leur taches.

©Campuslille

Les employés n’ont que cinq minutes pour faire un tour chronologique des rayons, d’abord par le surgelé, par les fruits et légumes, puis par le rayon des gros volumes pour finalement arriver au quai de livraison. Ils passent des journées de sept heures, intenses, à courir dans les rayons, leurs t-shirt finissent trempés de sueur.

«Chez chrono drive, ce qui est présenter au publique c’est moins de cinq minutes, ce qui est présenter au livreur, la grande moyenne c’est moins d’une minute trente. Si jamais on arrive au dessus de deux minutes, c’est pas bon du tout. Eux ils aiment bien dire on cours pas, on marche vite.»

Le «top ou flop» est un système de compétition, dessiné à l’endroit et à l’envers sur un tableau pour représenter les meilleurs et les moins bons. Les responsables qui sont primés sur leurs objectifs mettent la pression sur les préparateurs, ce qui tend les relations entre responsables et préparateurs.

«Cette responsable à qui je convenais pas, m’a dit: «moi je vais pas te faire de cadeaux.» En plus à l’époque on était sur six jours sur sept, donc six jours par semaine, pendant trois mois, elle m’avait mis que de journée, tout le temps y compris le samedi. Soit de fermeture, à chaque fois j’avais mon après-midi de gâché.»

©Campuslille

Les pauses toilettes, sont surveillées et décomptés du temps de pause si le directeur estime qu’elles sont trop longues. Pour une journée de sept heures seul Vingt et une minutes de pause sont accordées et la pause n’est pas rémunérée. Les employés doivent subir aussi cris et insultes de la part de leur responsables. Les employés doivent prendre quatre semaines de congés payés entre mai et octobre, un alinéa indiquait que s’il n’étaient pas pris, alors ils avaient droit aux congés payés offerts par l’employeur (jours de fractionnement). Suite une demande de ces congés payés et refus, suivi de disputes, les chrono drive de France ont lancé un papier de renonciation obligatoire aux jours de fractionnement.

Bien que chrono drive fasse le bonheur des clients qui n’ont pas le temps de faire leur courses et soit s’accorde bien avec le confinement, la pression exercée sur les employés rend les conditions de travail désastreuses en créant des comportements autoritaires, des conflits pernicieux et une compétition éprouvante. Ce sont des conditions de travail inhumaines qui témoignent de l’esclavage moderne où les droits des employés sont non respectés, voir détruits et où leur seul option est de se taire, acquiescer ou en subir de lourdes conséquences.

Source:

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/chronodrive-0

https://www.campuslille.com/index.php/entry/jobs-travailler-chez-chronodrive

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :