Marvin Gaye, obsolescence programmée

Le génie de Marvin Gaye réside dans sa capacité à capturer l’époque et la chanter comme personne. De son premier album à son dernier, il a su devenir la bande originale de notre mélancolie et de la sienne. 

© Jim Britt / Michael Orchs Archives / Getty

En 1978, Marvin Gaye signe un album qui décrit la manière dont une relation s’émiette, se dissout puis se noie. Dans Here my dear, le chanteur raconte sa relation avec Anna Gordy (soeur de Berry) dans ses détails les plus intimes. La genèse de l’album est complexe. Lorsque le couple décide de divorcer, Marvin Gaye ne peut payer les 600 000 dollars exigés. Il lui promet donc les royalties de son prochain album. Bâcler l’album, en faire un échec commercial lui aurait traverser l’esprit. Il en fut incapable. Résultat, Here my dear (tiens ma chère), un titre qui fait penser à quelque chose dont on se débarrasse. Au contraire, l’album est un compte-rendu tendre et sincère de la réalité du couple. Un succès, malgré les efforts de l’auteur. Car c’est dans le chaos que Marvin Gaye crée son art. 

Here my dear, Marvin Gaye

Né en 1939 dans une famille pauvre, entre les préceptes catholiques extrémistes et les coups de son père, Marvin Gaye rêve de chant. Surtout de chanteurs. Ses idoles sont Nat King Cole, John Mathis, mais c’est la popularité de Sinatra qui l’intrigue. Le seul de ses idoles à être palpable pour un public blanc. Alors il l’imite : costume trois pièces, rasé de près, en oubliant que la peau blanche de Sinatra lui accorde une facilité et un avantage difficilement atteignable.

L’influence de la célèbre Motown se fait sentir dès ses débuts, mais Marvin Gaye y appose sa patte. Plutôt que d’utiliser les fameuses choristes qui ont épaissi le son de Ray Charles, entre autres, il reproduit sa voix et la superpose, encore et encore. Les couches multiples remplacent les choristes et accompagnent sa politisation. En 1971, What’s going on signale un tournant dans la carrière de l’artiste, en pleine lutte pour les droits civiques.

Marvin Gaye interprète What’s Going On au festival de Montreux en 1980.

C’est un album qui est à la fois en train de faire le bilan de ce qui s’est passé et de nous raconter l’avenir.

Frédéric Adrian auteur de Marvin Gaye (à propos de What’s Going On)

Cet album devient le fond sonore des bouleversements politiques et sociaux de l’Amérique noire. Ses envies de Sinatra et de costumes bien taillés ne sont plus. Le mythe qui voudrait que pour réussir, il faut se rapprocher des codes imposés par la blanchité s’effrite. Marvin Gaye, inspiré par les leaders noirs, porte fièrement son afro et laisse pousser sa barbe. Le but étant d’exister tel qu’on est et pas tel que les autres le voient.

On passe d’un chanteur de charme à quelqu’un qui exprime un air politique, éthique par rapport à la société

Sebastien Danchin auteur de Encyclopédie du Rythm & Blues et de la Soul

Une volonté perçue en 1973, lorsqu’il chante la condition des hommes noirs (Trouble man) depuis l’abolition de l’esclavage qui selon lui se résume en trois mots : les impôts, la mort et l’ennui. À travers ses chansons résident la réalité des inégalités systémiques qui condamnent les Noirs.

Trouble Man, Marvin Gaye

Quand il écrit ça en 1972, ça fait 107 ans que les noirs américains sont censés être libres et avoir les mêmes droits que les autres et on se rend compte que ce n’est pas vrai

Sebastien Danchin

Le poids des maux

Marvin Gaye et Tammi Terrell en 1967. © by Gilles Petard/Redferns

La dissolution de son mariage coïncide avec la maladie d’une autre des femmes de sa vie, Tammi Terrell. Son cancer du cerveau, dont les premiers signes apparaissent alors même qu’elle est sur scène avec Marvin Gaye sont comme un énième signe. Signe de perte constante et de fragilité de la vie. Après avoir donné de sa personne encore et encore, il s’épuise. Un épuisement mental et physique auquel s’ajoute la consommation de drogue. S’ensuit alors une période d’errance entre Hawaï et Londres en passant par la Belgique. Sa dépression le rend orphelin. 

Je suis orphelin à Ostende (Belgique) et Ostende est mon orphelinat. Je suis ici pour plusieurs raisons et au moment où je vous parle, il y a de nombreux endroits où j’aimerais me trouver, mais je pense que j’ai probablement besoin de vivre ici, à Ostende pour le moment

Marvin Gaye

Il y passe dix-huit mois, beaucoup plus que prévu. Un symptôme de la dépression. La dépression coince, enfonce et immobilise et occasionnellement permet des moments de répit. À Ostende, dans ces moments de répit, il prépare la fin de son errance musicale. Lui, qui est fils de pasteur, mêle sensualité et spiritualité dans Midnight Love, son chant du cygne. Paraît-il que les personnes capables de chanter de manière aiguë sont celles les mieux entendues par Dieu. Alors, Marvin Gaye chante le sexe de la manière la plus aiguë possible. Sexual Healing signe son retour chez les siens.

Clip de Sexual Healing

Il retrouve ses enfants, il retrouve Anna. Avant que la dépression ne le rattrape. Si la dépression immobilise, elle a aussi le don de faire vivre le plus bas après avoir fait goûter à la plénitude. En 1983, il retourne chez ses parents avec pour seuls compagnons la drogue et la paranoïa.

Marvin était devenu un monstre. Pendant un an, il était méconnaissable

Alberta Gay, mère de Marvin Gaye

Méconnaissable parce que épuisé mentalement, Marvin Gaye souhaite en finir. En avril 1984, son père tire deux fois, à l’aide d’une arme offerte par son fils. Une fois dans la poitrine du chanteur, une fois à l’épaule.

J’ai eu ce que je voulais. Je ne pouvais pas le faire moi-même, je l’ai laissé faire. Je suis en paix, j’ai fait ce que je pouvais, je n’ai plus rien à donner

Les derniers mots confiés par Marvin Gaye à son frère

AL

*Photo à la une: © Jim Britt / Michael Orchs Archives / Getty

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :