« His house »: un déséquilibre entre un film d’horreur et une critique sociale

Sa première a eu lieu le 30 octobre sur la plateforme Netflix. Il s’agit d’un film réalisé par Remi Weekes, un film d’horreur qui nous raconte l’histoire d’un couple de réfugiés qui fuit le Soudan du Sud, un pays dévasté par la guerre. Ce couple doit donc s’adapter et élisent domicile dans une petite ville d’Angleterre.

Au-delà d’un film d’horreur, le film qui à fait fureur met en exergue la critique sociale, qui montre la réalité de nombreux réfugiés. Si nous nous concentrons sur les objectifs du réalisateur du film, il n’est pas seulement destiné à nous tenir en haleine et nous faire trembler de peur. En effet, derrière la peur qu’ils veut nous transmettre, il y a davantage.

Photo: Netflix

L’histoire des raisons pour lesquelles les choses se produisent manque de profondeur, du récit et du sentiment. Ils essaient de faire passer un message social à travers un film d’horreur mais cela n’est pas réalisé. Quelque chose qui ne s’est pas produit avec « get out », un film effrayant où le message de la critique sociale est transmis.

Photo: Netflix

En revanche, il a de bonnes performances, même si on ne trouve pas beaucoup de dialogue, ses protagonistes ont réussi à exprimer des émotions par des gestes, qui nous font prendre conscience de l’angoisse qu’ils vivent, à ce moment où ils sont piégés dans ce que l’on pourrait appeler une espèce d’une malédiction qui les a suivis à cause de ce qu’a fait Bol Majur, le personnage principal joué par l’acteur anglais Sope Dirisu.

Une fin mauvaise mais inattendue

Nous aurions pu imaginer n’importe quelle fin sauf celle qu’elle avait. Tout au long du film, les protagonistes sont vus se battre contre leur passé, leurs peurs et les fantômes qui les suivent, essayant de trouver ce « quelque chose » qui les aidera à mettre fin à la malédiction, étant à tout moment soumis et inférieurs aux fantômes. 

Ce ne serait pas facile de les mettre fin, la seule solution était pour Bol de se suicider, puisque c’était ce que les démons lui demandaient. Bol essaie de se suicider et à ce moment un des démons vient le chercher, on pense que ce serait la fin, mais non. A ce moment, Rial, la femme de Bol, apparaît et lui coupe le cou avec un couteau, comme s’il était un humain. Beaucoup d’entre nous auraient préféré que cela se termine par la mort de Bol ou, en tout cas, qu’il n’aurait pas été aussi facile de tuer un démon.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :