Thanksgiving : les américains célèbrent-ils en réalité un jour de deuil ?

Le 28 novembre dernier, des millions d’américains célébraient Thanksgiving (littéralement « action de grâce »), aussi appelé « Le jour de la dinde », autour d’un festin, en famille ou entre amis. Mais cette fête nationale est-elle en réalité la célébration d’un génocide faisant des amérindiens le dindon de la farce ?

Tableau de Jennie A. Brownscombe (1914) représentant Le premier Thanksgiving à Plymouth.

Les origines

D’après l’histoire populaire, les origines de la fête remonteraient à 1620, l’arrivée des Pères pèlerins évangéliques. Une centaine d’hommes, femmes et enfants anglais débarquent de leur navire, le Mayflower dans la baie de Plymouth au Massachusetts, où ils fondent une colonie du même nom. Leurs débuts dans ce « Nouveau Monde » sont tellement difficiles que la moitié perdent la vie. Ceux qui restent, eux, doivent leur survie à deux indigènes de la tribu des Wampanoags qui leur offrent de la nourriture, et leur apprend à s’adapter à cette nouvelle terre en chassant, pêchant, et en cultivant.

Après une récolte fructueuse à l’automne 1621, trois jours de grâce sont décrété par le gouverneur William Bradford et les colons invitent les chefs de la tribu des Wampanoags et leurs hommes à un repas copieux durant lequel des dindes et des pigeons leurs sont offerts. Depuis lors, il était généralement coutume d’observer deux jours de prière et de jeune à l’automne en commémoration de cette action.

Deux siècles plus tard, et des milliers d’amérindiens en moins, une femme au nom de Sarah Josepha demandait au Congrès de faire Thanksgiving une « tradition et institution américaine officielle ». Ce n’est qu’en 1863 que le président Lincoln déclare Thanksgiving, dernier jeudi du mois de novembre, jour de fête nationale. Certains historiens considèrent que Lincoln a prit cette initiative dans le seul but d’apporter une trêve à la Guerre de Sécession qui battait de plein fouet dans le pays à cette époque.  

Plus tard, le président Roosevelt décrétera le 4ème jeudi du mois jour de Thanksgiving, afin de laisser aux américains plus de temps pour les achats de Noël durant la crise économique de la Grande Dépression.

La célébration d’un massacre

En 1676 à Charlestown, le massacre d’une tribu entière d’amérindiens fait la veille est célébré le jour de Thanksgiving. Ceci n’est qu’un exemple littéral de siècles de génocides qui marquent l’histoire des autochtone des Amériques. Pour les populations indigènes, ce premier repas de Thanksgiving, romantisé et représenté dans des peintures à travers le monde, représente le début d’une décente aux enfers et d’une décimation totale de leur population par les européens. C’est le début des guerres indiennes et de la conquête de l’Ouest, marqué par une violence qui va détruire les populations autochtones à travers le pays. S’ils savaient ce qu’il les attendait, auraient-ils permis aux Pères pèlerins de survivre sur leurs terres? La réponse à cette question semble évidente…

Depuis les années 1970, des manifestations sont organisées le jour de Thanksgiving en mémoire aux Amérindiens. La question morale est éthique de la célébration de cette fête est également remise en question par certains membres de la communauté afro-américaine qui estiment qu’ils n’ont pas à célébrer la Thanksgiving, étant donné que la fête prend ses racines à la veille de traite negrière et des siècles d’esclavages qui vont suivre, sur ces mêmes terres.

En 2015, 45 millions de dindes sont achetées à cette occasion, ce qui représente une estimation de 276 millions d’américains qui y participent, soit 85 % des américains. Sachant que cette fête engendre $1. 05 milliards en dépense de la part du peuple américain, il va de soit que jamais, ce jour de fête ne se verra supprimer. Sans doute serait- il plus responsable de la part du gouvernement américain de dissocier cette fête populaire -qui aujourd’hui est célébrée dans des familles de toute religions et race confondues- de ses origines barbares, en en changeant la date ainsi que le nom. L’actuel Thanksgiving, lui, pourrait être un jour de réflexion autour du génocide de la population autochtone et des conditions de vie actuelles du restant des amérindiens qui pour beaucoup aujourd’hui encore, peinent à vivre dans la dignité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :