« Petite fille en pleur » remporte le prix photo de l’année 2019 au World Press Photo

John Moore traite la crise de l’immigration à la frontière américano-mexicaine avec un cliché à hauteur enfant émotionnellement chargé.

Sandra Sanchez pose sa fille Yanela à terre pour qu’un agent la fouille à la frontière américaine.  John Moore, photographe chez Getty, se baisse instinctivement pour capter le moment. Quelques minutes plus tard elles sont déplacées en centre de détention dans l’attente d’une demande d’asile. 

Résultat: une image bouleversante qui fait le tour du monde et laisse réfléchir quant aux politiques de migration du président Donald Trump. 

Dans ce cliché l’humanité est au rendez-vous. Les juges le définissent comme le témoignage d’une « violence psychologique » typique des situations de migration. La photo a réussi à pousser le président américain à revoir sa politique migratoire concernant les milliers de migrants séparés à leur arrivée aux États-Unis. Sous la pression publique le service américain des douanes et de la protection des frontières précise que Sandra et Yanela ne font pas partie de ces migrants qui ont été séparés. Cependant elles ont bien passé quelques semaines dans un centre de détention en attendant qu’une demande d’asile leur soit reconnue. 

Depuis 10 ans John Moore capte en image « la peur sur les visages et dans les yeux » des migrants qui « hantent » la Vallée du Rio Grande pour acceder illégalement aux États-Unis. Avec ce prix il voit enfin son travail reconnu: « C’est un honneur incroyable de recevoir cette distinction […]. Depuis que j’ai commencé à photographier les problèmes d’immigration et de sécurité frontalière, il y a plus d’une décennie maintenant, mon objectif est d’éclairer une histoire souvent racontée par des statistiques. Je suis très fier de voir que ce travail a un impact sur un public mondial », déclare-t-il à l’AFP lors de la cérémonie tenue à Amsterdam. 

La Fondation Carla Sozzani à Paris expose la photo jusqu’au 15 décembre 2019. Avec elle, de nombreux autres clichés qui traitent du thème sensible de l’immigration à hauteur d’homme. Le photographe Pieter Ten Hoopen en est un exemple. Avec « The Migrant Caravan », reportage sur des familles quittant l’Honduras à bord d’une caravane, il gagne le World Press Photo story of the Year Award (Prix de l’année pour un reportage photo). 

Erica Marinozzi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :