Tendances des années 2000 pour un féminisme light post #MeToo

Le come-back de la mode des années 2000 instaure un féminisme plus léger et plus étincelant dans l’ère post #MeToo.

Pantalons taille basse, piercing coloré au nombril, survêtements en velours Juicy Couture, tops à bretelles spaghetti et lip gloss rose bonbon. Difficile d’échapper au come-back de la mode des années 2000, dans les rues comme sur les réseaux sociaux. Un rebond qui dévoile une nouvelle manière d’aborder le féminisme aujourd’hui. L’impact du retour de ces tendances est d’autant plus fort que « les vêtements et la mode sont les vecteurs d’une grande diversité de significations idéologiques » souligne Nithyaprakash Venkatasamy, professeur dans le département des techniques de la mode au Bannari Amman Institute of Technology, en Inde. Zoé Tréouinard, directrice de la rédaction chez Muuuz, confirme : « Associées à toutes ces questions liées au corps aujourd’hui, à ces nombreuses campagnes d’acceptation, les fringues inspirées des années 2000 sont une manière de s’assumer avec dérision et de pouvoir jouer avec soi-même, avec les couleurs et de faire preuve d’humour dans sa façon de s’habiller. L’idée dans tout ça est d’emprunter des codes esthétiques de cette époque, tout en conservant les nouvelles revendications associées au contexte actuel. » Ainsi, les tendances des années 2000 seraient une nouvelle manière d’afficher son féminisme et de protester.

2000s-Fashion-Trends-That-We-Never-Want-To-See-Again
Paris Hilton portant un survêtement Juicy Couture. Elle est notamment connue pour avoir participé à l’émission de téléréalité The Simple Life diffusée de 2003 à 2007 aux côtés de sa meilleure amie Nicole Richie. © Star Style

Un mot : l’insouciance. Les années 2000 sont une période explosive et haute en couleurs, une bulle hors du temps qui éclot après les années Sida et qui lance une injonction à ne pas se prendre au sérieux. Les tendances de style parfois hasardeuses – entre le bob, la chemise hawaïenne, les claquettes et le total look denim – sont le fruit de cette volonté de ne se poser aucune limite. C’est le « rejet total d’un possible ridicule » selon Nawal Bonnefoy, journaliste mode et célébrités chez BFMTV. C’est pour la même raison que cette période, qui porte encore en elle l’exubérance bariolée des années 1980 et le décontracté aventureux des années 1990, a vu naître des télé-réalités vulgaires et hilarantes comme Bienvenue à Jersey Shore ou The Simple Life. Elle a aussi donné naissance à des séries désormais cultes, comme Gilmore Girls, Lizzie McGuire, Phénomène Raven ou encore Les Frères Scott. Ces séries télévisées s’articulent dans des univers fictionnels qui promettent une échappatoire à la réalité pour rester dans un optimisme coloré et pimpant.

Spice_Girls_(6_janv)_56
Les Spice Girls lors d’un concert le 6 janvier 2008, en tenues scintillantes, symbole d’une décennie qui a gravé les esprits. © Kura Kun

Les années 2000, c’est aussi la promesse d’un féminisme rafraîchissant et décomplexé qui allie pouvoir à sensualité et affiche un empouvoirement du corps féminin. Les Spice Girls en sont les principales protagonistes, mais aussi la sulfureuse Paris Hilton ou encore le personnage de Reese Witherspoon dans La Revanche d’une Blonde. Ce film, désormais considéré comme une œuvre féministe, dépeint l’histoire d’une jeune femme prenant sa revanche sur son ex petit-ami en entrant à Harvard et en se prouvant qu’elle vaut plus qu’il ne le croit, au point de refuser sa demande de revenir avec elle après qu’il l’ait quittée. Ce sont ces icônes auxquelles font appel les artistes d’aujourd’hui pour tenter de remettre au goût du jour ce féminisme assumé couplé à une espièglerie provocatrice. Ariana Grande, dans son clip « thank u, next », a ainsi rendu hommage à La Revanche d’une Blonde mais également à Lolita Malgré Moi, dont le rôle principal est campé par la célèbre Lindsay Lohan, protagoniste de nombreuses comédies romantiques de cette décennie. La chanteuse Normani, dans le clip « Motivation », s’est également inspirée du clip « Crazy In Love » de Beyoncé (2003) pour prouver que la flamme des années 2000 ne s’est pas éteinte et pour afficher un féminisme intersectionnel. Une ode au girl power, toujours avec malice, paillettes et couleurs crémeuses.

Photomontage Lolita Malgré Moi
Photomontage d’une scène de Lolita Malgré Moi. Sur la première photo, à gauche, les « Plastiques » – les filles les plus populaires du lycée – sont en pleine opération de sabotage d’un rendez-vous entre deux lycéens. Sur la deuxième photo, postée sur le compte Instagram de la chanteuse Ariana Grande, un extrait du clip “thank u next” qui reproduit plusieurs scènes de la comédie pour ados de 2004. On y retrouve notamment des adaptations des scènes où chaque étudiant du lycée donne son avis face caméra sur la cheffe des Plastiques, Regina George. Dans le clip, Ariana Grande prend donc la place de Regina George. © Alamy / Ariana Grande

Avec l’explosion des réseaux sociaux et des tabloïds, les stars ont mis sous le tapis leurs expériences vestimentaires dans un contexte de mise en scène d’une perfection quotidienne via des clichés réalisés à l’aide de professionnels. Depuis cette contenance soudaine au début des années 2010, les années 2000 ont donc décidé de pointer leur nez à nouveau, comme un rappel des bons moments passés. Mais surtout pour insuffler à cette époque post #MeToo un peu plus d’optimisme. La deuxième moitié des années 2000 a vu Facebook s’ouvrir à tous, mais ce sont pendant les années 2010 que le réseau social a connu son avènement, devenant ainsi un « phénomène d’une ampleur inouïe » d’après Godefroy Dang Nguyen et Virginie Lethiais, chercheurs à l’Institut Télécom Bretagne. Ce nouvel outil de « mise en visibilité de caractéristiques spécifiques participerait d’une culture de l’esthétique, avec le jeune, le sain, le propre, le mince et le fort comme mécaniques de distinction » selon Laurent Mell, sociologue et doctorant en sciences de l’information et de la communication à Paris 8. Même chose pour Twitter, que Julien Boyadjian, enseignant-chercheur à Sciences Po Lille définirait presque comme un « nouveau baromètre de l’opinion publique ». Ce sont ces réseaux sociaux qui sont le canal principal de posts nostalgiques de la mode des années 2000 où nombre de jeunes femmes se mettent en scène dans des tenues emblématiques de cette décennie. C’est également là où le hashtag #MeToo a émergé.

« La mise en visibilité de caractéristiques spécifiques participerait d’une culture de l’esthétique, avec le jeune, le sain, le propre, le mince et le fort comme mécaniques de distinction. » – Julien Boyadjian

Ces plateformes sont à la fois utilisées par les jeunes nés au 21ème siècle mais aussi par les personnalités médiatiques de cette période. Même Paris Hilton fait preuve d’auto-dérision en se moquant gentiment, sur les réseaux sociaux, de celle qu’elle était il y a une quinzaine d’années. Instagram, créé en 2010, fait aussi partie des outils principaux de ce renouveau des années 2000 et de la dénonciation d’agressions sexuelles et harcèlements. Le compte Thank You Atoosa, par exemple, publie des photos d’anciennes pages de magazines pour adolescentes datant des années 2000 pour les plus nostalgiques. Quant au hashtag #MeToo, on le retrouve dans les légendes de visuels girly et très colorés aux injonctions féministes, inspirés des designs graphiques clinquants tout droit sortis de la décennie. Comme le souligne Mélody Thomas, journaliste mode chez Marie Claire, « tous ces looks donnent envie de faire la fête à une époque politique et sociale pour le moins lugubre ». Le retour des années 2000 sonne donc comme l’alliance entre un présent assombri et la provocation gentillette des starlettes d’il y a vingt ans. En somme : progressism, but make it sexy.

Post instagram féministe "you're not his therapist"
Post du compte Instagram empowerpuffgurl signifiant « Tu n’es pas sa psy », affublé du hashtag #MeToo en légende. De nombreux comptes Instagram féministes et girl power aux couleurs rosées et aux typographies quasi vintage florrissent depuis le début du phénomène #MeToo, non sans rappeler les designs graphiques et visuels des années 2000. © EmPowerPuffGurrl

Emeraude Monnier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :