« Moving people » : au-delà des frontières

Pour son nouvel album, le contrebassiste Riccardo Del Fra s’est entouré d’une équipe de six musiciens venant tous d’horizons différents. Au cœur de ce projet, l’envie de représenter la mouvance du monde et de ses habitants à travers la musique.

L’album « Moving People », sorti le 19 Octobre dernier, fait écho à l’actualité mondiale. A l’initiation de ce projet, une collaboration avec la Fondation Genshagen en Allemagne. « L’Europe est un projet politique et culturel. C’est à ces deux aspects fondamentaux de l’Union européenne que se consacre la Fondation Genshagen, lieu de rencontre et de dialogue entre art et culture, politique, économie, science et médias », c’est ainsi que ce présente la fondation sur son site. (Lien)  Le voyage, l’espoir, des parcours de vie difficiles sont les thèmes évoqués à travers des thèmes/mélodies simples et une complexité rythmique. Malgré tout l’improvisation y tient une grande place. Ce que l’on constate encore plus en concert.

A l’affiche, un sextet multiculturel et multi générationnel composé des américains, Jason Brown à la batterie et Kurt Rosenwinkel en tant que guitariste invité. On retrouve au saxophone l’allemand Jan Prax, à la trompette, le polonais Tomasz Dabrowski et les français : Rémi Fox au saxophone et Carl-Henri Morisset au piano. Ils s’expriment presque tous dans une langue différente mais la musique est celle qui les réunis.

Le rappel de l’actualité se fait à travers des morceaux comme « Ressac ». Comme pour évoquer le mouvement des vagues sur elles-mêmes mais qui peut aussi signifier casser à l’envers. Le sextet nous livre une musique découpée en trois parties. L’image du petit Aylan Kurdi a inspiré le contrebassiste pour sa composition. La première partie est animée et ponctuée par un solo de trompette, comme pour évoquer la difficulté. En deuxième lieu, le solo de contrebasse casse le tout avec une ambiance plus calme. L’accompagnement de la batterie imite le son de la mer avec son jeu au balai. Pour finir, le piano réintroduit le thème principal en proposant de nouvelles harmonies.

Le titre éponyme, « Moving People », mêle tristesse et espoir à travers une mélodie simple et répétitive qui se développe tout au long du morceau. Une répétition presque envoutante et qui reste en tête. Cette simplicité mélodique s’entremêle à une richesse et complexité rythmique, pour créer une harmonie. Le moyen de mettre en musique la double signification que l’on pourrait donner au mot « moving » : en mouvement ou émouvant.

Le point fort de cet album est l’alchimie entre les musiciens comme avec le titre « The Sea Behind » ou la guitare et le saxophone (Rémi Fox) ne semble faire plus qu’un. La précision rythmique du batteur guide les musiciens dans « Children Walking (Through A Minefield) ». « Around The Fire » offre une interruption avec un solo de contrebasse à l’archet ou encore avec « Cieli Sireni », un message d’espoir en conclusion de l’album.

L’écriture de la musique est précise et exigeante. Le sextet s’est réuni pour trois soirs au Sunset fin Novembre. Un moyen de voir cette liberté et dextérité dans l’improvisation qui se dessine déjà à l’écoute de cet album. L’équipe complète du disque ne s’était retrouvé que pour le dernier soir. Une complicité entre musiciens qui se ressent musicalement mais aussi à travers leurs différentes interactions sur scène.

L’occasion d’entendre Kurt Rosenwinkel interprété « Under It All », une de ces compositions. Dans une longue introduction, à la guitare, il captive la salle et le temps semble comme suspendu. Avec « Let’s Call This Evidence » c’est le pianiste qui est mis en avant. Le morceau de Thelonious Monk est un titre bonus dans la version digitale de l’album. L’écouter en live donne la possibilité d’entendre une longue et prenante introduction. D’autant plus que le 1er Décembre, le pianiste Carl-Henri Morisset, a su faire oublier qu’il ne jouait qu’avec 8 doigts, à la suite d’une blessure. Un détail passé presque inaperçu tant il a su s’illustrer par sa dextérité et inventivité.

Le sextet (minus Jason Brown) se retrouvera le 2 Février à la Maison de la Radio au Studio 104.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :