L’organe de la honte

« Chatte », « foufoune », « minou », « zézette » ou « touffe » : le vagin a plusieurs dénominations, chacune avec des sens différents mais surtout des sentiments négatifs. Pour les femmes le mot parfait pour surnommer leur sexe ne semble pas encore exister. Pour beaucoup, la question se règle en inventant un nom pour leur sexe, ne soit en ne le nommant pas, et ainsi en n’en parlant pas du tout. Ces deux solutions témoignent d’un profond manque lourd de conséquences pour la compréhension de leur corps.

Le sexe féminin possède de nombreuses désignations, certaines sont plutôt médicales, certaines très enfantines, d’autres ne décrivent qu’une partie de l’organe comme la vulve.

De nombreuses femmes sont d’accord sur le fait qu’un nom parfait pour leur sexe n’existe pas. C’est pour cela que ces femmes ne veulent pas parler de leur sexe – tout simplement, parce que le seul terme « vagin » a une forte connotation négative voire honteuse.

30688199_10155594943047896_5717632894487232512_n
© Laurie Boussat – Les Chattes Sauvages

 

Le besoin de nommer.

Le sexe féminin est perçu comme un organe laid, sale et compliqué, mais est surtout entouré par la honte. Ce point de vue est souvent transmis par les médias, les publicités et aussi le langage. Non seulement par manque de représentation de la vulve, l’absence de représentation réelle des fluides produits par le vagin, comme le sang des règles, mais aussi le fait qu’on évite soigneusement de parler de l’organe en lui-même. Ceci provoque ce sentiment de gêne chez une grande partie des femmes qui, ainsi, se ne sent plus à l’aise de parler librement de leur propre corps.

Pour représenter le sexe plus fleuri et innocent on utilise des mots comme « foufoune » ou « minou », pour le limiter à sa fonction d’organe on désigne uniquement le clitoris, mais aucune de ces désignations représente la réalité du sexe féminin avec toute sa normalité et banalité. Une représentation sincère et réaliste sans le sentiment d’interdit ou de honte, c’est ce qui manque dans la langue quotidienne. Il est grand temps de soulager les femmes du monde de ce poids, elles qui sont silencieuses depuis bien longtemps, méritent de pouvoir parler de leur sexe sans complexe.

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: