« Le flâneur de l’Elysée » : quand le syndrome de Narcisse envahit la littérature

À l’approche de la rentrée littéraire, plus de 500 nouveaux ouvrages viennent orner chaque année les étagères des librairies. Dans ce raz-de-marée, seuls quelques noms arrivent à sortir du lot. C’est le cas de Pierre-Louis Basse qui a réussi à se faire une place confortable en inaugurant un genre bien particulier : l’autobiographie mondaine.

 

France Hollande
Au centre, Pierre-Louis Basse en compagnie de François Hollande.© Francois Mori/AP/SIPA

Pierre Louis-Basse n’est pas un novice lorsqu’il s’agit de prendre la plume ou la parole. Longtemps animateur sportif sur Europe 1, c’est un homme cultivé et un écrivain confirmé. Connu des milieux d’influence, il signe mi-septembre, Le flâneur de l’Elysée aux éditions STOCK. Un livre, que nous avons eu du mal à commencer, du mal à terminer mais surtout du mal à comprendre.

Début 2014, l’auteur accepte la charge de conseiller aux « Grands Evènements » auprès de l’ex-président de la République François Hollande. Une fois sa mission terminée, il quitte le Palais présidentiel et décide de recycler ses aventures dans un livre.

Une illusion d’optique 

Avec une liste impressionnante de personnalités et un style pompeux, Pierre-Louis Basse ne se lasse pas de mettre en scène ses rencontres dans les hautes sphères du pouvoir. Le style est recherché mais reste au service d’anecdotes dénuées d’intérêt. Basse réussi un exploit: noircir 270 pages sans jamais révéler d’éléments compromettants sur la « cour » de François. Il veille à ne pas froisser ses nouveaux amis et prend plaisir à se raconter. Notre patience s’estompe au fil des pages. C’est une aventure politique peu convaincante, que signe un homme de lettres salué jadis par la critique.

Basse livre
Le flâneur de l’Elysée – 270 p., 19,50 euros © Illustration Peter Dazelay / Getty Image

Peut-être l’ignore-t-il, mais avec cet ouvrage, Pierre-Louis endosse le rôle de « chef de file » d’un nouveau genre très apprécié dans les milieux cotés parisiens : l’autobiographie mondaine. L’auteur nous avait pourtant habitué à mieux avec des écrits plus pertinents et moins autocentrés.

Pour le sociologue Jean-Michel Eymeri-Douzans, ces types d’ouvrages proviennent d’un « besoin de reconnaissance. Ils ont passé plusieurs années à travailler comme des fous, dans l’ombre, et ils ont besoin de le dire. De faire savoir qu’ils étaient là. » |[Roxane Grolleau, Le Monde, 22/09/2017]

Un genre à part

Véritable mode, ce phénomène trouve son public. Après Pierre-Louis, c’est au tour de Laurence Debray. La fille du célèbre philosophe, Régis Debray, nous offre une panoplie de personnages dans une autobiographie qui n’hésite pas à mettre en lumière un arbre généalogique pour le moins prestigieux.

fille de rév
Fille de révolutionnaires – 324 p., 20 euros

Pour Pierre-Louis Basse, le récit vient couronner un parcours; pour  Laurence Debray, il ouvre une voie vers l’émancipation, mais nous entraîne malgré tout, dans un univers élitiste où la Littérature participe à l’anoblissement de son auteur.

Les deux écrivains se contemplent. Dans l’autobiographie mondaine, que ce soit à l’Elysée ou sur la cime des montagnes boliviennes, on se raconte à travers le prisme de l’Histoire et on finit par convaincre que l’on y est étroitement lié. Sous cet éclairage, l’œuvre est légitime. Elle ouvrira les portes de beaux salons suite à une presse élogieuse. Le succès est donc bien au rendez-vous pour ces deux livres-miroirs qui risquent de tomber dans l’oubli, une fois l’effervescence médiatique évanouie.

                                                                                         Deyana Baeva

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :