Le glyphosate la fin d’un poison ?

Après le scandale de « Monsato Papers », le glyphosate pesticide cancérigène, connu sous l’appellation commerciale Roundup de Monsanto sera peut être bientôt hors circulation.

Unknown-4

 

                                                                                             Source: Le Monde

Après deux ans de débats sur la dangerosité du glyphosate sur la santé. La Commission
Européenne a annoncé le 23 octobre comme le jour de vote du renouvellement de l’autorisation du glyphosate. Nicolas Hulot, ministre de la Transition énergétique, a déclaré qu’il «ne recule jamais», et donc que l’interdiction du glyphosate, herbicide classé cancérogène, sera inscrite dans la loi d’ici peu. De nos jours, il est tout simplement impossible d’échapper au glyphosate. Son utilisation est omniprésente même dans les domaines qu’on ne soupçonnerait pas. Presque tout le monde y est exposé via l’air, l’eau, le sol, les plantes et les aliments. Greenpeace dénombre des épisodes ou des analyses auraient retrouvé du glyphosate dans du pain (en Grande-Bretagne), des serviettes hygiéniques (en Argentine), de la bière (en Allemagne) et plus récemment dans du vin (aux États-Unis).

Hulot déclare « S’ils considèrent la santé des citoyens, la sagesse voudrait qu’ ils l’interdisent tout de suite ». Bien qu’il soit difficile de trouver un équilibre entre les agriculteurs et les citoyens. Il pense en savoir assez pour voter l’interdiction du glyphosate sur le sol français. Il est important de souligner que le glyphosate n’est pas seulement un dangereux produit cancérigène, il est aussi nocif pour l’environnement. En effet l’INRA, Institut National de Recherches Agronomiques, a démontré la toxicité de ce composant à travers une étude comparative menée sur l’Analyse du Cycle de Vie (ACV) des raisins.

glyphosate-vote-commission-europeenne-est-reporte_620x350.jpg

                                                                                 Source: Environne Magazine

L’ACV permet d’identifier des différences d’impact environnemental entre les différents
systèmes. Les systèmes comparés lors de cette étude étaient les systèmes bios et les systèmes intégrés autrement dit non-bio.

Cette étude a démontré que l’utilisation du glyphosate dans les systèmes intégrés (non-bio) avait un impact sur l’écotoxicité aquatique. On contaste une surutilisation générale du glyphosate dans l’agriculture. Si bien que l’on dénombre à présent plus d’une vingtaine d’espèces d’adventices (aussi appelées mauvaise herbes) résistantes au glysophate.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :