MONTRE-MOI TON TATTOO, JE TE DIRAI QUI TU ES!

 

Affiche reportage tattoo

Beaucoup, interloqués ou incrédules, m’auront posé la question pendant mes recherches:

« Est-ce que ça existe vraiment un cours sur le tatouage et le graffiti dans les fac françaises »?   

Eh bien oui! De ce cours intitulé « Cultural Markers: street art and tattoos as new media« , m’est venu l’idée de réaliser une série d’entretiens avec des étudiants, des administratifs, des membres du personnels, TOUS TATOUÉS (!!!), au sein de l’Université de Paris 8 Vincennes Saint Denis.

Au départ un appel à témoins sur les réseaux sociaux et les murs de ma fac, les bouts de vies et expériences qui m’ont été confiés – dignes d’intérêt et de partage – font désormais l’objet d’un reportage en plusieurs actes.

Shae, Marcelo, Kathy, Claire, David, Lindsay, Thomas, Mialy, Marianne, Léa, Guillaume et bien d’autres vous seront présentés dans ce qu’ils ont de plus secret, public ou intime parfois, de plus drôle ou étrange, de plus beau ou un peu moins. Pour lever le voile sur leurs motivations, les sensations qu’ils ont éprouvés ou les critiques qu’ils ont essuyés.

Le reportage « Montre-moi ton tatouage, je te dirai qui tu es« , est né de la volonté de découvrir l’histoire qui se cache derrière un tatouage.

C’est redonner la parole à ceux et celles qui m’ont intrigué tout au long de mon parcours à P8, que ce soit dans une salle de classe, un bureau, une cafétéria ou au cours d’un trajet mouvementé sur la ligne 13.

C’était pour moi un moyen de dépasser le paraître et l’esthétique, le jugement de valeur, le débat sur les goûts et les couleurs, qui ont trop longtemps influencés l’inconscient collectif.

Pendant un semestre, Mme Chassagnol, enseignante remarquable, nous a plongé dans un univers culturel subversif.

Qui eut cru que les formes et styles de tatouages contemporains, tiraient leur origine de contextes aussi divers que les rites anciens de la Grèce antique ou de la culture Maori en Nouvelle Zélande.

Très longtemps considéré comme une sous-culture, destinée au marginaux et aux repris de justice, les tattoos étaient assimilés à des actes notoires de vandalisme, contre soi-même et de rebellion contre la société dans son uniformité.

Mais alors qu’un événement comme l’exposition Tatoueurs Tatouésdans un lieu aussi « respectable » que le Musée du Quai Branly, aura attirée plus de 700 000 visiteurs de 2014 à 2015, force est de constater que le point de vue sur les tatouages tend à changer.

Aujourd’hui, phénomènes de mode, ils sont de véritables oeuvres d’art qui ornent nos corps… et bientôt (pourquoi pas) nos murs 

Ne vous fiez pas au titre de ce reportage, c’est le conseil que l’on pourrait aussi adressé à qui fait face à un tatouage. Ne jugez pas un livre à sa couverture ou un moine à son habit.

La curiosité n’est pas (toujours) un vilain défaut, mais élargit notre compréhension des mondes dans lesquels ont évoluent afin de les révolutionner.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :