Battlefield, une morale pour les vivants

Du 15 Septembre au 17 octobre, Peter Brook présentait sur la scène du théâtre des Bouffes du Nord l’une de ses plus belles pièces. Une nouvelle adaptation de l’ancienne épopée indienne, Mahabharata. Elle raconte l’histoire de l’humanité.

L’histoire se penche sur une grande famille, les Bharata. D’un côté se trouvent les cinq frères (les Pandavas), de l’autre, leurs cousins : Les cents fils du roi aveugle. La guerre est très brutale et les Pandavas finissent par la gagner. 700 291 600 cadavres couvrent le sol du champ de bataille, dont des soldats et chefs d’armées. L’ainé des Pandavas (Yudishtira) va régner et remplacer son oncle le vieux roi (Dritarashtra).

La victoire est une défaite pour Yudishtira parce qu’il a tué son frère sur le champ de bataille sans le savoir. Après la guerre Dritarashtra qui vient de perdre tous ses fils, et son neveu Yudishtira partagent le même chagrin. Mais ils doivent faire face à la réalité et assumer la responsabilité.

Le metteur en scène à Paris en 2005
Peter Brook à Paris en 2005© DR

Dans la pièce il se passe énormément de choses et chaque mot et geste nécessite une interprétation. Yudishtira, le nouveau roi, ne veut plus régner après cette victoire amère. Son oncle, Dritarashtra, et sa mère son derrière lui pour l’encourager à prendre les choses en main et assumer de grandes responsabilités. Une pièce avec un style poétique et une performance très comique.

Un exemple quand cet acteur joue le rôle d’un ver de terre qui tente d’atteindre l’autre bout de la route. Ayant peur d’être écrasé par un chariot qui arrive, un homme lui demanda pourquoi il est si pressé. Le débat entre le ver de terre et l’homme est bourré d’humour. Le message de la situation est clair : aucune créature ne désire la mort. Même le ver de terre, si minuscule, s’accroche à la vie et à tout ce qu’elle offre.

Incite le public à réfléchir

Le message de la pièce est un espoir de paix, de responsabilité, et de sagesse. Peter Brook, veut transmettre un message aux sociétés en guerre mais surtout aux dirigeants. Premiers responsables de ce qui se passe aujourd’hui dans le monde.

La pièce pose des questions sur la responsabilité, l’humanité et l’universalité. En adaptant l’un des plus vieux textes de l’histoire (Mahabharata), le metteur en scène britannique donne une leçon de sagesse aux spectateurs.

D’après Sean O’Callaghan (interprète le rôle du roi dans Battlefield), « une pièce théâtrale n’apporte jamais des réponses mais plutôt laisse le public se poser des questions.», C’est exactement ce que fait Battlefield.

Mohamed TAOURIRT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :